Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'hépatites (A, B, C, toxique)

Aller en bas 
AuteurMessage
Chakou zineb
Supermoderateur
Supermoderateur


Nombre de messages : 34
Age : 23
Localisation : Isp
Date d'inscription : 19/04/2016

MessageSujet: L'hépatites (A, B, C, toxique)   Mer 25 Mai - 22:45

L’hépatite : qu’est-ce que c’est?

L’hépatite est une inflammation du foie, le plus souvent causée par une infection à un virus, mais parfois par l’alcoolisme, ou par une intoxication par un médicament ou par un produit chimique.

Les symptômes varient beaucoup d’une personne à l’autre et dépendent de la cause de l’hépatite. Certains types d’hépatite provoquent carrément la destruction d’une partie du foie.

La majorité des hépatites se résorbent spontanément, sans laisser de séquelles. Parfois, la maladie persiste plusieurs mois. Quand elle dure plus de 6 mois, elle est considérée comme chronique. Lorsque le foie est gravement atteint, une greffe de cet organe peut être la seule solution.



Types:

Les hépatites se regroupent en 2 grandes catégories :

1-les hépatites virales, causées par une infection à un virus. Dans les pays développés, les virus de l’hépatite A, B et C engendrent environ 90 % des cas d’hépatite aiguë. Les virus de l’hépatite D, E et G sont aussi responsables d’hépatites.
2-les hépatites non virales, principalement provoquées par l’ingestion de produits toxiques pour le foie (de l’alcool, des produits chimiques toxiques, etc.). Les hépatites non virales peuvent aussi être le résultat de maladies atteignant le foie, comme la stéatose hépatique (« foie gras ») et l’hépatite auto-immune (une hépatite inflammatoire chronique d’origine obscure, qui se caractérise par la production d’auto-anticorps).



Modes de contraction:

¤Hépatite A. C’est la moins grave des hépatites virales. Habituellement, le corps la combat en quelques semaines et reste immunisé à vie. Ce qui veut dire que des anticorps contre le virus sont présents, mais que le virus lui-même n’y est plus. Le virus de l’hépatite A se transmet par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Il peut se retrouver dans les selles d’une personne infectée et souiller la nourriture, l’eau ou les mains d’une autre personne. Les aliments crus ou pas assez cuits sont les plus susceptibles de transmettre l’infection. Le virus peut également être transmis par des fruits de mer récoltés dans des zones où des eaux d’égout non traitées se déversent. Le risque de transmission est élevé dans les pays où les conditions d’hygiène sont mauvaises. Dans ces pays, presque tous les enfants ont déjà été infectés par le virus. Un vaccin permet de s’en protéger.

¤Hépatite B. Il s’agit du type d’hépatite le plus fréquent dans le monde, et aussi le plus mortel. Le virus de l’hépatite B se transmet au moment des rapports sexuels (le sperme et les autres liquides biologiques en contiennent) et par le sang. Il est de 50 à 100 fois plus infectieux que le virus du sida3. L’échange de seringues contaminées peut provoquer sa transmission. La grande majorité des personnes infectées parviennent à combattre complètement l’infection. Environ 5 % restent infectées de façon chronique et sont dites « porteuses » du virus. Les porteurs n’ont pas de symptômes, mais ils courent un risque élevé de souffrir de cirrhose du foie ou d’un cancer du foie, des maladies potentiellement mortelles. Une mère porteuse peut transmettre le virus à son enfant à l’accouchement. Un vaccin est offert depuis 1982.

¤Hépatite C. L’hépatite C constitue la forme d’hépatite virale la plus insidieuse, car elle est causée par un virus très résistant. Jusqu’à 80 % des infections au virus de l’hépatite C deviennent chroniques. L’identification de ce dernier est relativement récente : elle date de 1989. Le virus se transmet le plus souvent par contact direct avec du sang humain contaminé : surtout par l’échange de seringues servant à l’injection de drogues, par la transfusion de sang qui n’a pas été soumis à un dépistage, et par la réutilisation d’aiguilles et de seringues non stériles. Plus rarement, il se contracte au cours de rapports sexuels non protégés avec des personnes infectées, surtout si du sang est échangé (menstruations, blessures dans les voies génitales ou anales). Il s’agit de la première cause de transplantation du foie. Il n’existe aucun vaccin permettant de s’en protéger.

¤Hépatite toxique. Elle est le plus souvent causée par l’abus d’alcool ou par la consommation de médicaments. L’ingestion de champignons non comestibles, l’exposition à des produits chimiques (en milieu de travail, par exemple) de même que l’ingestion de produits de santé naturels ou de plantes toxiques pour le foie (comme les plantes de la famille des Aristolochiacées, en raison de l’acide aristolochique qu’elles contiennent, et la consoude, en raison des pyrrolizidines qu’elle renferme) peuvent aussi causer une hépatite toxique. Selon la substance ingérée, l’hépatite toxique peut survenir des heures, des jours ou des mois après l’exposition. Habituellement, les symptômes se résorbent quand on cesse d’être exposé à la substance nocive. Cependant, on peut subir des dommages permanents au foie et souffrir, par exemple, d’une cirrhose.



Complications possibles:

Une hépatite non diagnostiquée à temps ou mal soignée est susceptible de mener à des complications très graves.

☆Hépatite chronique. C’est la complication la plus fréquente. Une hépatite est dite chronique si elle n’est pas guérie après 6 mois. Dans 75 % des cas, elle est la conséquence d’une hépatite B ou C. Une hépatite chronique traitée adéquatement se guérit habituellement en un an à 3 ans.
☆Cirrhose. La cirrhose correspond à une production excessive de « cicatrices » dans le foie, formées à la suite d’agressions répétées (par des toxines, par des virus, etc.). Ces « barrières fibreuses » finissent par entraver la libre circulation du sang dans l’organe. De 20 % à 25 % des hépatites chroniques évoluent vers la cirrhose si le traitement n’agit pas pleinement ou s’il n’est pas bien suivi.

☆Cancer du foie. Il s’agit de la complication ultime d’une cirrhose. Précisons cependant qu’un cancer du foie peut aussi résulter d’un cancer localisé dans un autre organe qui s’étend au foie par des métastases. Les hépatites B et C, ainsi que l’hépatite toxique causée par une consommation excessive d’alcool sont les plus susceptibles d’évoluer vers un cancer.

☆Hépatite fulminante. Très rare, l’hépatite fulminante se caractérise par une insuffisance majeure du foie, qui ne peut plus remplir ses fonctions. Une destruction massive des tissus du foie se produit et une transplantation d’organe est nécessaire. Elle survient surtout chez des personnes atteintes d’hépatite B ou d’hépatite toxique. Pour environ 1 personne sur 4, elle est mortelle à brève échéance



Symptômes de l’hépatite:

Les hépatites ne sont pas forcément trahies par les divers symptômes mentionnés plus bas. Dans bien des cas, la maladie demeure silencieuse pendant des années ou se manifeste simplement par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, fatigue, maux de tête). Elle risque alors d’avoir causé des ravages parfois sérieux.

¤ Symptômes typiques de l’hépatite aiguë
De la fièvre ou des sueurs en fin de journée.
Une perte d’appétit et un amaigrissement.
Des nausées.
Des malaises abdominaux (surtout du côté droit).
Une jaunisse (peau et cornée jaunies).
Une urine foncée (de la couleur du thé).

¤ Symptômes de l’hépatite fulminante
Des taches rouges sur la peau, signes d’hémorragies, et des saignements de nez.
Une confusion mentale allant parfois jusqu’au coma.
Note. En cas de cirrhose, on observe un gonflement du ventre et des jambes (causé par de la rétention d’eau), une confusion, des saignements faciles et une perte de la masse musculaire



Facteurs de risque:

L’importance des facteurs de risque varie d’une région à l’autre du globe. L’ordre d’importance présenté ici est relatif aux pays industrialisés.

☆Hépatite A
- Le fait de consommer des aliments ou de l’eau contaminés. Le risque concerne essentiellement les personnes qui voyagent, travaillent ou habitent dans certaines collectivités où les installations sanitaires sont inadéquates et où l’on ne dispose pas d’une source sûre d’approvisionnement en eau potable. Les régions suivantes sont particulièrement à risque : le Mexique, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud, plusieurs zones des Caraïbes, l’Asie (sauf le Japon), l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient, l’Afrique et certaines zones rurales ou éloignées en Amérique du Nord.
Remarque. Même si cela reste un phénomène rare, des éclosions d’hépatite A transmis par des aliments contaminés sont déjà apparues dans des pays industrialisés. Par exemple, en 1997, au Michigan, environ 150 personnes ont été infectées par le virus de l’hépatite A après avoir ingéré des fraises congelées importées du Mexique39. Des éclosions d’hépatite A sont aussi survenues chez des employés et des clients de restaurants canadiens40 : des personnes infectées avaient manipulé des aliments en contrevenant aux mesures d’hygiène. Les aliments les plus souvent à l’origine d’une épidémie sont les coquillages bivalves, les fruits et les crudités.
- L’utilisation de drogues par injection. Même s’il est peu fréquent que l’hépatite A se transmette par le sang, on a observé des débuts d’épidémie chez des personnes qui s’injectaient des drogues.
- Le fait d’avoir des pratiques sexuelles comprenant des contacts anaux - un autre moyen de transmission du virus (en particulier entre les hommes).

☆Hépatite B et hépatite C
Les facteurs de risque sont les mêmes pour ces 2 types d’hépatite.

- Le fait d’avoir des rapports sexuels non protégés avec une personne infectée par le virus de l’hépatite B ou C. Le risque de transmission augmente dans le cas des porteurs du VIH et des personnes souffrant d’une autre infection transmise sexuellement.
- L’échange de seringues ou d’autres objets associés à l’injection de drogues. Il existe aussi un risque lié au partage des pailles durant l’inhalation de cocaïne, car les muqueuses du nez peuvent être irritées par cette pratique, en plus de l’être par la drogue.
- Le fait de se faire tatouer ou percer la peau avec des outils non stérilisés.
- Le fait de recevoir un traitement d’acupuncture au moyen d’aiguilles réutilisables non stérilisées ou mal stérilisées. Assurez-vous que votre acupuncteur utilise des aiguilles jetables ou qu’il stérilise ses aiguilles en suivant une méthode approuvée.



Prévention de l’hépatite :

- Hépatite A
Le dépistage est conseillé aux individus atteints de cirrhose, d’hépatite B, d’hépatite C chronique ou de toute autre maladie chronique du foie. La vaccination est recommandée à ceux qui ne possèdent pas les anticorps contre le virus de l’hépatite A.

- Hépatite B
Un test de dépistage du virus de l’hépatite B est proposé à toutes les femmes enceintes, dès leur première consultation prénatale. Il sera effectué au plus tard durant l’accouchement. L’infection peut être mortelle pour les femmes enceintes et pour les bébés dont la mère est infectée.
Les personnes à haut risque sont invitées à passer un test de dépistage, puisque la maladie peut demeurer silencieuse pendant quelques années.
Le test de dépistage est recommandé à toutes les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

- Hépatite C
Les personnes à haut risque sont invitées à passer un test de dépistage, la maladie pouvant rester silencieuse pendant quelques années.
Le test de dépistage est recommandé à toutes les personnes infectées par le VIH.




Traitements médicaux de l’hépatite:

♡Hépatite A
Normalement, le corps arrive à combattre le virus de l’hépatite A. Cette maladie ne requiert donc pas de traitements médicaux particuliers, mais le repos et une bonne alimentation sont indiqués. Les symptômes disparaissent au bout de 4 à 6 semaines.

♡Hépatite B
Dans la grande majorité des cas (95 %), l’infection au virus de l’hépatite B guérit spontanément et aucun traitement pharmacologique n’est nécessaire. Les recommandations sont alors les mêmes que pour l’hépatite A : repos et alimentation saine.

Lorsque l’infection persiste au-delà de 6 mois, cela signifie que l’organisme n’arrive pas à éliminer le virus. Il a alors besoin d’aide. Dans ce cas, plusieurs médicaments peuvent être utilisés.

L’interféron alpha et l’interféron à action prolongée. L’interféron est une substance naturellement produite par le corps humain; on sait qu’il entrave la reproduction d’un virus après l’infection. Il agit en augmentant l’activité immune du corps contre le virus de l’hépatite B. Ces médicaments doivent être administrés par injection tous les jours (interféron alpha) ou une fois par semaine (interféron à action prolongée), durant 4 mois.

Les antiviraux (telbivudine, entecavir, adéfovir, lamivudine) agissent directement contre le virus de l’hépatite B. Des études cliniques ont montré qu’ils pouvaient aider à contrôler l’évolution de la maladie en supprimant la reproduction du virus dans le foie de la plupart des patients traités. Ils se prennent par voie orale, une fois par jour. Ils sont habituellement bien tolérés.

♡Hépatite C
Les médicaments les plus connus visant à traiter cette affection sont l’interféron à action prolongée associé à la ribavirine. Ils permettent généralement d’éliminer le virus en 24 à 48 semaines, et ils sont efficaces dans 30 % à 50 % des cas, selon l’Organisation mondiale de la Santé4.

♡Hépatite toxique
Dans le cas des hépatites médicamenteuses, l’arrêt de la prise des médicaments en cause est une obligation : leur réintroduction peut être gravissime. On doit aussi éviter toute exposition au produit toxique en cause, s’il y a lieu. Habituellement, ces mesures permettent au malade de retrouver la santé en quelques semaines.

♡En cas d’aggravation
Dans les cas les plus graves et si cela est possible, on devra procéder à une ablation partielle ou à une transplantation du foie.



Conseils pour soulager les malaises et favoriser la guérison:

- S’abstenir de consommer de l’alcool. L’alcool peut altérer et même détruire les cellules du foie.
- Se reposer. Le faire aussitôt qu’on en sent le besoin.
- Consulter son médecin avant de prendre un médicament. Certains médicaments qui sont en vente libre ou qui sont délivrés sur ordonnance contiennent des substances toxiques pour le foie. C’est le cas de l’acide acétylsalicylique (Aspirine®) et de l’acétaminophène (Tylenol®).
- Ne pas fumer. Le tabac peut nuire à un foie fragilisé par une hépatite.
- Éviter les repas copieux. En cas de nausées, de vomissements ou de perte d’appétit, il est bon de prendre 3 petits repas et des collations plutôt que 3 repas principaux. En outre, le fait d’éliminer de son alimentation les épices, les fritures, les aliments riches en fibres et les aliments très gras atténue les symptômes chez certaines personnes.
- Obtenir du soutien. Une fatigue physique, psychique et sexuelle se produit souvent. Le rôle d’accompagnement des proches et de l’équipe médicale est primordial.
- Éviter l’exposition aux produits toxiques. Toute exposition prolongée à des produits toxiques pour le foie, comme cela peut se produire en milieu industriel ou dans certains types de métier (peintre, garagiste, cordonnier, etc.), peut nuire à la guérison d’un foie atteint par une hépatite.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'hépatites (A, B, C, toxique)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le poisson devenu toxique.
» Météorite toxique...?
» la belladone [toxique]
» Maison toxique
» Chine: Le monstrueux nuage toxique vu par satellite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: FAQ-
Sauter vers: