Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HYPERLIPIDÉMIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kara hanane
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 18
Age : 22
Localisation : alger
Date d'inscription : 25/04/2016

MessageSujet: HYPERLIPIDÉMIE    Mer 25 Mai - 21:47

L’hyperlipidémie, c’est le fait d’avoir un taux élevé de lipides dans le sang (excès de graisses), ce qui inclus le cholestérol et les triglycérides. Cet état physique n’entraîne pas de symptômes. Pour bien des gens, elle n’a pas de conséquence néfaste. Il s’agit pourtant de l’un des plus importants des nombreux facteurs de risque qui, additionnés les uns aux autres, peuvent mener à une maladie cardiovasculaire.

L’excès de lipides dans le sang contribue à durcir et à épaissir la paroi des artères du cœur, les artères coronaires. Par conséquent, le coeur s’adapte de plus en plus difficilement à l’effort physique. L’hyperlipidémie, en abimant la paroi des artères, contribue aussi à la formation de caillots de sang pouvant boucher complètement une artère provoquant un accident vasculaire cérébral (AVC), un infarctus (crise cardiaque). Plaques épaissies de la paroi des artères peuvent également se détacher et se trouver entrainées dans la circulation (embol graisseux) et migrer ensuite vers des artères de petit calibre qu’elles bouches, provoquant par exemple un accident vasculaire cérébral (AVC).

Objectif : éviter ou retarder les troubles cardiovasculaires

Les troubles cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité sur la planète1. Au Canada par exemple, les troubles cardiaques sont passés au second rang des causes de mortalité (28 % des décès), tout juste après le cancer (29 % des décès)3.

Même si le tabagisme a diminué de moitié, l’augmentation du surpoids, de l’obésité et aussi du tour de taille (dans la région abdominale) (environ 5 cm à 6 cm de plus au cours des 20 dernières années50) laisse présager une fréquence accrue de troubles cardiovasculaires pour les années à venir.

Néanmoins, il faut noter que ces troubles cardiovasculaires sont moins souvent fatals que jadis : le taux de mortalité a chuté d’environ 40 % au cours des dernières décennies. Pour les accidents vasculaires cérébraux, la prise en charge devient également de plus en plus efficace.

D’où vient l’excès de cholestérol et de triglycérides?
Le foie produit la grande majorité du cholestérol (4/5ième) utilisé par le corps dans diverses fonctions. Le reste provient de l’alimentation, particulièrement des aliments d’origine animale. Ce sont les aliments riches en graisses saturées (viandes grasses, beurre, produits laitiers gras) et en graisses trans (margarines hydrogénées, shortening végétal, desserts, pâtisseries) qui font augmenter le taux de « mauvais » cholestérol, appelé LDL. On sait pourtant maintenant que pour la majorité des gens, le cholestérol alimentaire à lui seul a peu d’effet sur les taux de cholestérol sanguin : il n'influence que pour 1/5 le taux de cholestérol sanguin. Ainsi, les oeufs, les crevettes et les abats, par exemple, riches en cholestérol, ne doivent pas être bannis, car ils contiennent peu de graisses saturées.

Outre les aliments ingérés, le manque d'activité physique (sédentarité) et le tabagisme peuvent aussi élever le taux de cholestérol. De plus, les gènes ont leur influence en particulier dans les grandes hyperlipidémies familiales autosomiques dominantes.

Le cholestérol est une molécule spécifiquement animale, absente des végétaux. Il permet d’absorber des graisses alimentaires grâce à la formation de la bile.Le cholestérol permet également la fabrication d'hormones donc il est indispensable à la vie, on ne peut pas vivre sans cholestérol.



Quant aux triglycérides, ils proviennent le plus souvent de l’alcool et des sucres ingérés de façon excessive (surtout les sucres « rapide», comme les jus de fruits et autres boissons sucrées, les gâteaux, les confiseries et les confitures du commerce), transformés en triglycérides par le foie. Ainsi, même si les triglycérides sont un type de lipide (donc de graisses) sanguin, leur présence en excès ne provient pas habituellement des graisses alimentaires, mais plutôt de l'excès de sucres.

Chez les personnes n'ayant jamais fait d'accident cardio-vasculaire, on parle de prévention primaire.

Symptômes
L’hypercholestérolémie et l’hypertriglycéridémie ne s’accompagnent d’aucun symptôme. Quand des symptômes se manifestent, les artères ont déjà perdu de 75 % à 90 % de leur diamètre.

Douleurs à la poitrine (crise d’angine) ou aux membres inférieurs.
Les personnes à risque
Les personnes ayant des antécédents familiaux d’hypercholestérolémie ou de maladies cardiovasculaires précoces (avant 55 ans chez les hommes de la première génération comme le père ou le frère, ou avant 65 ans chez les femmes de la première génération comme la mère ou la soeur);
Les personnes qui ont une forme héréditaire d’hypercholestérolémie : l’hypercholestérolémie familiale. À cause de ce qu’on appelle l’effet fondateur, elle touche plus particulièrement certaines populations : les Libanais, les Afrikaners, les Tunisiens, les Juifs ashkénazes d’origine lituanienne, les Finlandais de Carélie du Nord et les Québécois francophones;
Les hommes de plus de 50 ans;
Les femmes de plus de 60 ans et celles qui ont eu une ménopause prématurée; la baisse du taux d’oestrogène après la ménopause tend à faire augmenter le taux de cholestérol total et de LDL (« mauvais cholestérol »).
les fumeurs ;
les personnes diabétiques et/ ou hypertendues.

Mesures de dépistage

Puisque l’hyperlipidémie n’entraîne pas de symptômes pendant longtemps, on doit la détecter le plus tôt possible pour prévenir les complications, et cela par une prise de sang à jeun depuis 12 h et à distance d'une affection aigüe comme une infection virale, un infarctus, une opération etc. Des analyses sanguines établiront les taux de cholestérol et de triglycérides : c’est le bilan lipidique. Sur l'ordonnance sera écrit : exploration d'une anomalie lipidique

Les recommandations officielles varient d’un pays à l’autre. Au Canada comme en France, les autorités médicales recommandent que les personnes suivantes subissent ce dépistage2 :

hommes de 40 ans et plus;
femmes ménopausées ou âgées de 50 ans et plus;
le dépistage sera plus précoce et plus fréquent chez les personnes à risque (diabète, obésité, etc.);
Le test peut être effectué en moyenne tous les 5 ans chez les personnes en bonne santé.


Mesures préventives de base

Ces mesures préviennent non seulement un premier événement cardiaque (crise d’angine ou infarctus) mais aussi le diabète de type 2, l’obésité, certains cancer et les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Azlheimer2:

Ne pas fumer, ou cesser de fumer;
Adopter une alimentation saine et équilibrée. Les fruits et les légumes ainsi que les céréales complètes devraient figurer quotidiennement dans votre menu. Pour vous informer davantage, consultez notre section consacrée à ce sujet : Mieux manger;
Intégrer l’activité physique à votre mode de vie et garder un poids santé. L’activité physique (ce n'est pas nécessairement le fait de faire du sport mais au moins de bouger) réduit de beaucoup les risques de surpoids, d’hypertension, de maladies neuro-dégénératives, de cancers et de diabète;
Consommer l’alcool avec modération. La quantité d’alcool consommée ne devrait pas dépasser 1 verre par jour pour les femmes et 2 verres par jour pour les hommes.

traitement

Le traitement varie selon les valeurs du bilan lipidique et la présence ou non d’autres facteurs de risque de maladies cardiaques.

Pour les personnes dont le bilan de santé révèle un risque élevé de maladies coronariennes, un changement important des habitudes de vie occupe la place centrale de l’approche thérapeutique : alimentation, tabagisme, activité physique, consommation d’alcool.

Si possible, recourir aux services d’un médecin nutritionniste ou d'une diététicienne. Il est recommandé de revoir son médecin de famille de 4 à 6 semaines après la première visite.

Selon les données les plus récentes, le traitement pharmacologique aurait une efficacité intéressante essentiellement pour les personnes qui ont déjà eu un infarctus ou une crise d’angine, pour prévenir la survenue d’autres problèmes cardiaques.

Régime
Recommandations alimentaires

Pour des conseils pratiques, consulter notre diète spéciale Hypercholestérolémie et diète Portfolio.

Voici les recommandations alimentaires :

Restreindre l’apport total en calories afin d’atteindre et de conserver un poids stable sans restriction alimentaire : il s’agit de l’objectif le plus important à atteindre. Calculez votre indice de masse corporelle ou IMC (qui idéalement doit se situer entre 18,5 et 25 pour les occidentaux);
Avoir un régime pauvre en sel et en sucres raffinés (boissons sucrées, desserts et autres sucreries);
Remplacer les graisses saturées et les graisses trans par des graisses insaturés. Il faut donc éviter les graisses d’origine animale (beurre, shortening, viandes grasses, etc.);
Manger 2 à 3 fois par semaine des poissons gras comme le maquereau, le saumon, la sardine (sources d’oméga-3);
Augmenter la consommation de fruits et légumes de saison ;
Augmenter la consommation de fruits secs comme les noix et les amandes et de légumes secs comme les pois chiches, les fèves, les haricots ;
Augmenter la consommation d'épices, d'herbes aromatiques, d'ail, d'oignons, de jus de citron;
Privilégier les céréales peu raffinées ;
Consommer l’huile modérément et choisir plutôt de l'huile d'olive (acide gras mono insaturés), de colza ou de lin (acides gras polyinsaturés type oméga 3)
Manger peu de produits laitiers ;
Consommer de l’alcool de façon modérée. Dans certains cas, une abstention totale est recommandée.
Dans un premier temps, certains médecins recommandent de supprimer les desserts (autres que les fruits), qui sont des sucres inutiles et d’en évaluer l’effet après quelques mois. Il est également important de surveiller la quantité de pain consommé.

Mentionnons également la diète Portfolio, un régime conçu pour améliorer le profil lipidique, qui s’apparente au végétarisme. Suivie de façon rigoureuse, cette diète ferait baisser le taux de cholestérol LDL jusqu’à 35 %6,7. Pour en savoir plus, voyez les conseils de la nutritionniste Hélène Baribeau : Hypercholestérolémie et diète Portfolio.

Les bienfaits du régime méditerranéen sur la santé cardiaque sont maintenant largement reconnus. (l'étude récente PREDIMED en confirme les bienfaits).

Revenir en haut Aller en bas
 
HYPERLIPIDÉMIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dyslipedemie secondaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: Présentation des membre-
Sauter vers: