Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 cancer de la gorge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kara hanane
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 18
Age : 21
Localisation : alger
Date d'inscription : 25/04/2016

MessageSujet: cancer de la gorge    Mer 25 Mai - 21:43

Définition :
Les cancers de la gorge sont des cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS) ou cancers ORL. Cette « famille » de cancers regroupe les cancers de la partie supérieure des voies respiratoires du nez au pharyngo-larynx, les cancers de la partie supérieure des voies digestives de la bouche au début de l'oesophage et les cancers du carrefour pharyngo-laryngé que nous envisageons ici.

Ces cancers de la gorge concernent des fonctions aussi indispensables que la déglutition, la voix et la respiration.

Localisation des cancers de la gorge
Localisation des cancers de la gorge
Tous les cancers de la gorge ne sont pas situés au même niveau.Ils peuvent se développer à partir de :

L’hypopharynx constituant la partie de la gorge située juste au-dessus de l’oesophage et de la trachée.
La glotte correspondant aux cordes vocales.
L'épiglotte qui est la zone du larynx située au-dessus des cordes vocales. Elle a la forme d'une languette mobile destinée à empêcher la nourriture d’entrer dans les voies respiratoires.
La sous-glotte, partie du larynx située sous les cordes vocales.
Types de tumeurs

Au premier stade du cancer, la tumeur reste localisée aux cellules dans lesquelles elle s’est formée, c’est alors un carcinome in situ, ce qui signifie qu’il ne s’est pas propagé, il n’a pas infiltré les couches profondes des muqueuses, ni d’autres parties du corps. Si un carcinome in situ n’est pas traité, les cellules cancéreuses peuvent se propager aux couches plus profondes. Il risque alors de devenir un carcinome épidermoïde invasif.

Quand consulter?

En présence de signes anormaux, il est important de consulter un médecin pour que celui-ci fasse les examens adéquats et détermine la cause de ces symptômes. Les fumeurs et les personnes à risque doivent être particulièrement attentifs et consulter un médecin si les symptômes durent plus de 2 semaines.

Symptômes
Changements inexpliqués dans la voix, enrouement, voix rauque.
Augmentation de volume des ganglions, douloureuse ou non.
Mal de gorge persistant, déglutition douloureuse ou difficile.
Douleur dans la zone de l’oreille.
Respiration difficile.
Toux, parfois accompagnée de saignements.
Perte de poids inexpliquée.
Ces symptômes ne signalent pas forcément qu’il y a une tumeur cancéreuse. En effet, ils peuvent être les signes d’autres problèmes plus courants.

Diagnostic

Le médecin examine la gorge et le cou directement avec une lampe frontale et complète l'examen par une endoscopie, tube souple introduit par le nez et permettant de voir l'ensemble du pharyngo-larynx.

En cas d'anomalie, il peut pratiquer un examen plus complet sous anesthésie générale et faire des biopsies pour déterminer s’il existe ou non une tumeur et s’il s’agit ou non d’un cancer. Dans ce cas d'autres examens radiologiques peuvent être nécessaires pour rechercher l'extension de la tumeur et l'atteinte d'autres organes (métastases).

Personnes à risque
L'hérédité ne joue pas de rôle; la grande majorité des cancers de la gorge surviennent chez des hommes, mais les femmes qui fument ou abusent de l'alcool sont aussi concernées.

Facteurs de risque
Les facteurs qui augmentent les risques de cancer dans la région de la gorge sont surtout externes. L’hérédité, le sexe et l’âge n’ont pratiquement aucune influence.

Facteurs principaux

Le tabagisme est de loin le principal facteur de risque, surtout lorsqu’il est associé à l’abus d’alcool.
L’abus d’alcool.
Le virus du papillome humain (VPH) : il semble qu’une souche du VPH, transmis lors de rapports sexuels oraux non protégés, puisse être à l’origine de certains cancers pharyngo-laryngées en particulier chez les personnes jeunes non fumeuses.
L’exposition prolongée à l’amiante et à certains autres produits chimiques est aussi impliquée dans la survenue des cancers.
Facteurs secondaires

Une alimentation déséquilibrée, unemauvaise hygiène dentaire ou encore le reflux gastro-oesophagien pourraient favoriser l’apparition de tumeurs cancéreuses en altérant les muqueuses

Prévention
Mesures préventives de base du cancer de la gorge

Arrêter de fumer ou ne jamais commencer. Voir notre fiche Tabagisme.
Éviter les abus d’alcool.



Traitements médicaux
Les traitements varient selon la taille et l’emplacement de la tumeur. En fonction du stade du cancer, l’équipe soignante pourra avoir recours à la chirurgie, à la radiothérapie ou à la chimiothérapie. Ces traitements sont généralement combinés afin de détruire les cellules cancéreuses, limiter leur expansion à d’autres parties du corps et réduire les risques de récidive.

Pour chaque personne atteinte d’un cancer de la gorge, le choix du traitement estdiscuté lors d'une consultation pluridisciplinaire impliquant chirurgien ORL, anesthésiste, radiothérapeute, oncologue, et la décision prise après information et discussion avec le malade

Interventions chirurgicales

Ablation des cellules cancéreuses par chirurgie endoscopique. Si le cancer en est encore débutant, le médecin peut détruire les cellules cancéreuses avec ou sans laser. Cette intervention laisse peu ou aucune séquelle.
La laryngectomie partielle consiste à enlever la partie du larynx atteinte par la tumeur. Cette intervention peut affecter la parole et les facultés respiratoires, mais il existe des techniques de reconstruction du larynx qui permettent de limiter les séquelles.
La cordectomie consiste à n’enlever qu’une partie de la corde vocale touchée.
La pharyngectomie consiste à retirer une partie du pharynx. On peut ensuite reconstruire l’organe afin de limiter les séquelles et assurer une déglutition normale.
La laryngectomie totale. Si le cancer est avancé, il faut parfois retirer le larynx au complet et pratiquer une ouverture dans le cou reliée à la trachée pour assurer l’entrée d’air aux poumons (une trachéostomie). Après une telle intervention, la personne opérée doit réapprendre à parler avec l’aide d’un orthophoniste.
L’évidement (curage) ganglionnaire. Si les ganglions sont atteints ou dans certaines formes de cancer, il est nécessaire de retirer les ganglions touchés au cours de la même opération que l'ablation de la tumeur pharyngo-laryngée. Une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses qui restent est généralement indiquée.
Radiothérapie

On utilise généralement des rayons X de haute intensité pour irradier les cellules cancéreuses. On utilise beaucoup la radiothérapie dans le cas des cancers de la gorge, car ceux-ci sont particulièrement sensibles aux effets de l’irradiation. Certains cancers peu avancés peuvent être traités uniquement avec la radiothérapie, mais parfois il faut associer la radiothérapie à l’intervention chirurgicale afin d'éliminer toutes les cellules cancéreuses n'ayant pu être détruites lors de la chirurgie ou pour réduire la tumeur avant l’ablation chirurgicale.

La radiothérapie peut avoir certains effets secondaires : une sécheresse cutanée type important "coup de soleil", des lésions des muqueuses pharyngo-laryngées rendant difficile la déglutition et l'élocution, une perte du goût, un enrouement de la voix qui disparaissent généralement après la fin de la radiothérapie.

Avant la radiothérapie, un bilan dentaire est indispensable pour éviter des complications, car cette radiothérapie est agressive pour les dents et les gencives. Le bilan dentaire peut déboucher sur des soins visant à conserver les dents lorsque c’est possible, ou sur des extractions de dents trop abimées, ou encore sur des traitements à base de fluor.



Chimiothérapie

Certains cancers requièrent une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie. La chimiothérapie est une combinaison de médicaments pouvant être administrés par voie intraveineuse ou par voie orale. Ce traitement permet de traiter à la fois les cellules cancéreuses de la tumeur de départ et les éventuelles métastases dans le reste du corps.

Elle peut provoquer des effets secondaires comme des vomissements, une perte d’appétit, la chute des cheveux, des plaies dans la bouche, une baisse du taux des globules rouges et blancs et de la fatigue.

Thérapie ciblée

Certains médicaments visent des aspects particuliers des cellules cancéreuses pour les empêcher de croître. Le cétuximab (Erbitux®) est l’un des médicaments approuvés pour le traitement du cancer de la gorge. Ce type de médicament peut être utilisé en complément de la radiothérapie et de la chimiothérapie.

Rééducation et suivi

En cas de chirurgie, une période de rééducation par un(e) orthophoniste est souvent nécessaire pour retrouver au mieux les capacités de manger, boire et parler.

Dans tous les cas, une alimentation riche en quantité et en qualité est indispensable à la cicatrisation et la récupération

Il est fortement conseillé de porter une attention particulière à l’hygiène dentaire quotidienne et de consulter un dentiste régulièrement.


Revenir en haut Aller en bas
 
cancer de la gorge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mal de gorge
» mal de gorge
» gorge seche et soif
» Le citron soulage les maux de gorge
» Boule dans la gorge =/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: Présentation des membre-
Sauter vers: