Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hernie discale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bouricha yasmine
Supermoderateur
Supermoderateur
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 20
Localisation : bouzareah
Date d'inscription : 18/04/2016

MessageSujet: Hernie discale    Mer 25 Mai - 20:44

Définition :

Une hernie est la saillie d’un organe ou d’une partie d’organe (le plus souvent, l’intestin) hors de sa position habituelle. Une hernie discale est la saillie d’une portion d’un disque intervertébral.

Entre chacune des 24 vertèbres mobiles de la colonne vertébrale se trouve un disque intervertébral formé d'une structure fibreuse et solide qui contient un noyau gélatineux (voir le schéma). Ces disques donnent une souplesse à la colonne et servent d’amortisseurs en cas de choc. Une hernie discale se produit lorsqu’un disque s’affaiblit, se fissure ou se rompt et qu’une partie du noyau gélatineux fait irruption.

Bien que la hernie discale puisse toucher n’importe quelle région de la colonne vertébrale, la grande majorité des hernies discales surviennent au bas du dos, dans la région lombaire. Dans ce cas, la hernie peut provoquer une lombalgie. Si la hernie comprime l’une des racines du nerf sciatique, elle peut s’accompagner de douleurs le long d’une jambe : c’est la sciatique. Une hernie peut aussi passer inaperçue; cela est généralement le cas lorsqu’elle ne comprime pas de racine nerveuse.

Qui est touché?
La hernie discale touche surtout les individus âgés de 35 ans à 55 ans. Les hommes sont plus nombreux à souffrir d’une hernie discale que les femmes, étant donné qu’ils sollicitent davantage leur force physique à travers leur métier ou le sport.

Il est difficile d’évaluer la prévalence de la hernie discale puisque certaines passent inaperçues. Les données actuelles permettent de croire que 1 personne sur 50 en est atteinte un jour ou l’autre.

Causes
La dégénérescence des disques intervertébraux, qui s’assèchent avec l’âge. La colonne vertébrale perd de sa tonicité, de son élasticité et de sa hauteur.
Une action brusque dans une mauvaise posture, comme soulever une lourde charge en position de torsion du tronc.
Le surplus de poids et la grossesse, qui augmentent les tensions sur la colonne vertébrale.
Une prédisposition héréditaire : plusieurs membres d’une famille sont parfois atteints. Les personnes prédisposées ont tendance à souffrir d’une hernie discale plus précocement, parfois même avant l’âge adulte. Des anomalies génétiques peuvent entraîner une faiblesse des structures qui composent la colonne vertébrale.
Quand consulter?
Dans les cas suivants, il est conseillé d’obtenir une évaluation médicale sans tarder.

Votre mal de dos est présent depuis plus d’une semaine et contraint vos activités quotidiennes.
Votre mal de dos est causé par une chute ou un accident.
Vos douleurs vous réveillent la nuit.
Vos douleurs s’accompagnent d’une fièvre inexpliquée ou d’une perte de poids.
Habituellement, avec de bons soins et quelques précautions, les hernies guérissent en l’espace de 4 à 6 semaines. Si ce n’est pas le cas, consultez un médecin de nouveau.

Consultez un médecin en urgence si votre mal de dos s’accompagne d’incontinence urinaire ou fécale (ou au contraire, de rétention), d’impuissance ou d’une grande faiblesse dans les jambes (au point où vous avez de la difficulté à vous tenir debout ou à monter un escalier).

Symptômes
Grâce aux tests d’imagerie médicale, on sait maintenant que deux personnes qui ont un problème de hernie identique n’auront pas nécessairement les mêmes symptômes. Pour certaines personnes, la hernie passe inaperçue, tandis que pour d’autres elle est terriblement douloureuse. Voici les principaux symptômes.

La douleur a tendance à s’exacerber dès qu’on sollicite les muscles du dos : lorsqu’on se penche vers l'avant, qu’on éternue, qu’on tousse ou qu’on fait un effort. La douleur s’accentue également en position assise prolongée, en position debout ou couché sur le ventre.
Hernie discale située au bas du dos : des douleurs lombaires (lombalgie) accompagnées ou pas d’une douleur à l’arrière d’une jambe, le long d’un nerf sciatique (névralgie sciatique).
Hernie discale située au cou : une raideur et des douleurs au cou. La douleur s’étend parfois aux épaules ou aux bras, le plus souvent d’un seul côté. Des fourmillements, des engourdissements ou une sensation de faiblesse peuvent être ressentis dans le bras et l’avant-bras.
Personnes à risque
Les personnes qui pratiquent des métiers ou des sports exigeants physiquement.
Les femmes enceintes.
Les personnes de grande taille.
Les personnes dont un proche parent souffre de hernie discale.
Facteurs de risque
Négliger son dos : mauvaises postures, manque de musculature, mouvements risqués, etc.
L’obésité.

traitement :

Le traitement de la hernie discale comporte principalement une mise au repos, la renonciation aux comportements à risque pour le dos et la prise de médicaments pour soulager la douleur et réduire l’inflammation. Dans la majorité des cas, ces mesures sont suffisantes pour réduire les symptômes et guérir la hernie discale. En effet, environ 60 % des personnes atteintes répondent bien à ces traitements en 1 semaine, et 90 % en moins de 6 semaines. La chirurgie est rarement nécessaire.

Reposer le dos
Le repos au lit peut être utile pour 1 jour ou 2 maximum en phase de douleur aiguë. Il est cependant préférable de ne pas prolonger ce repos au-delà de 1 ou 2 jours et de reprendre ses activités dès que possible. L’inaction et l’immobilité peuvent causer l’atrophie et l’affaiblissement des muscles du dos et compromettre la mobilité normale des articulations de la colonne lombaire.

Les positions qui reposent le mieux la colonne lombaire sont les suivantes :

couché sur le côté, genoux repliés, un oreiller sous la tête et un autre entre les genoux (les femmes enceintes peuvent ajouter un oreiller sous leur ventre);
couché sur le dos, sans oreiller sous la tête, avec un ou plusieurs oreillers sous les genoux et une serviette roulée ou un petit coussin dans le creux du bas du dos.
Au cours des premiers jours, des applications de glace à la colonne, près de la hernie, aident à diminuer la douleur (mais non l’inflammation, logée trop profondément). Par la suite, il est suggéré d’appliquer de la chaleur ou de prendre des bains chauds.

Médicaments
Pour maîtriser la douleur temporairement et sur une courte période (habituellement, de 7 à 10 jours, occasionnellement de 2 à 3 semaines, mais rarement plus), on prend généralement des analgésiques (acétaminophène : Tylénol® ou acide acétylsalicylique : Aspirine®), des anti-inflammatoires (comme l’ibuprofène : Advil®, Motrin®, par exemple) ou des relaxants musculaires (Robaxacet®). Si la douleur est intense et tenace, le médecin pourra prescrire des antidouleurs plus puissants de type narcotiques, ou de plus fortes doses d’anti-inflammatoires.
Note. Il est important que les femmes enceintes consultent leur médecin avant de prendre l’un ou l’autre de ces médicaments.

Médicaments par injection. Pour venir à bout des douleurs persistantes, des injections épidurales de corticostéroïdes ou d’analgésiques sont parfois prescrites. L’injection d’enzymes (la chymopapaïne) dans le disque intervertébral peut aussi être pratiquée. Les enzymes détruisent la portion du disque qui fait saillie et qui comprime le nerf, ce qui permet d’éviter la chirurgie. Par contre, les enzymes tendent à être moins utilisés, car ils peuvent provoquer des réactions allergiques importantes.

Physiothérapie
Une fois les symptômes atténués, le médecin pourra prescrire des séances de réadaptation afin d’accélérer la guérison complète. Il s’agit essentiellement d’exercices qui permettent d’améliorer la posture, de renforcer la musculature du dos et de l’abdomen et d’assouplir le corps.

Chirurgie
Les traitements chirurgicaux sont employés si les douleurs persistent et sont incommodantes, s’il y a une faiblesse musculaire persistante dans un bras, une jambe, un orteil, etc., ou en cas de symptômes plus graves.

La chirurgie permet d’éliminer la pression qu’exerce le disque intervertébral sur les racines nerveuses. Différentes techniques sont utilisées. La discectomie consiste à faire l’ablation complète ou partielle du disque intervertébral. Cette opération peut aussi se pratiquer en laparoscopie : c’est la microdiscectomie. Cette technique moins invasive nécessite seulement une petite incision de la peau. Elle est couramment utilisée aux États-Unis, mais encore peu au Québec. Les 2 types de chirurgies donnent des résultats semblables.

La chirurgie comporte certains risques : contracter une infection, subir une lésion à un nerf, avoir des cicatrices fibreuses ou créer un stress sur d’autres vertèbres.


Revenir en haut Aller en bas
 
Hernie discale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je souffre d'une hernie discale très délicate à opérer
» Opération hernie discale papa
» Fiche naturo: Hernie discale et cervicale
» Le traumatisme.
» Douleur du dos / Kilos???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: Présentation des membre-
Sauter vers: