Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 soins infirmiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yahia mahammed samira
Supermoderateur
Supermoderateur


Nombre de messages : 21
Age : 20
Localisation : alger
Date d'inscription : 18/04/2016

MessageSujet: soins infirmiers   Jeu 28 Avr - 18:10

La nutrition entérale
Définition
Indications
Modes d'administrations
Matériel : les préparations nutritives
Réalisation du soin
Risques et complications
Surveillances et évaluations
________________________________________

Définition
La nutrition entérale est une méthode de substitution de l'alimentation orale permettant d'apporter tous les nutriments nécessaires à l'organisme afin d'atteindre et de respecter un état nutritionnel correspondant aux besoins et aux caractéristiques du patient, par une sonde introduite dans le tube digestif par voie nasale ou par l'intermédiaire d'une stomie digestive.
Cadre législatif
• Administration de l'alimentation relève du rôle propre : art. R.4311-5 décret 2004-802 du 29/07/2004.

Indications
• Alimentation orale impossible.
• Toutes les pathologies qui sont responsables d'un bilan calorico-azotée et hydroélectrolytiques négatives (par défaut d'apport ou excès de perte) :
• Défaut d'apport : anorexie, sénilité, lésion au niveau de la partie supérieur du tube digestif.
• Excès de perte : perte extra-digestives, diarrhée aqueuse, médicaments d'absorption intestinale.

Modes d'administrations
• Sonde naso-gastrique : sonde gastrique entrant dans le nez et allant dans l'estomac.
• Sonde naso-duodénale : sonde entrant dans le nez et allant dans l'intestin, au niveau du duodénum.
• Gastrostomie : sonde entrant par le ventre et allant directement dans l'estomac (abouchement chirurgical de l'estomac à la paroi abdominale).
• Jéjunostomie : sonde entrant par le ventre et allant directement dans l'intestin, au niveau du jéjunum (abouchement chirurgical du jéjunum à la paroi abdominale).


Matériel
• Les préparations nutritives pour alimentation entérale :
• Mélange nutritif complet (solutions polymériques ternaires) :
• Contient les apports nécessaires journalier proches d'une alimentation classique.
• Protéines : caséine ou soja.
• Lipides : huile de soja, maïs, tournesol, colza, ou poisson et de triglycérides à chaînes moyennes (TCM).
• Glucides : maluodextrines produits par l’hycholyse partielle de l’amidon.
• Sans lactose, sans gluten, sans résidu ou avec fibres.
• Parfois enrichis :
• En fibres : permet d'améliorer le transit.
• En protéines : régimes hypercaloriques et hyperprotidiques.
• Mélange nutritif modulaire (solutions semi-élémentaires) :
• Contients des apports de quantités variables en fonction de l'objectif thérapeutique.
• Nutrition partiellement hydrolysée.
• Protéines : petits peptides.
• Lipides : en grande partie des triglycérides à chaînes moyennes (TCM).
• Glucides : maluodextrines.
• Mélange immuno-modulaire :
• Indication très ciblée.
• Matériels d'administrations :
• Introduction des aliments liquides ou semi-liquides à l'aide d'une seringue :
• Seringue à gavage de 60 ml à gros embout.
• Eau.
• Introduction des aliments liquides ou semi-liquides par gravité :
• Tubulure d'alimentation entérale.
• Introduction des aliments liquides ou semi-liquides à l'aide d'une pompe à régulateur de débit :
• Nutripompe.
• Tubulure d'alimentation entérale.
• Matériels divers :
• Gants non stériles à usage unique.
• Stéthoscope.
• Pince Kocher : clamp.
• Compresses non stériles.
• Réniforme : haricot.
• Sparadrap.
• Protection papier absorbante à usage unique.
• Sac à élimination des déchets.
• Nécessaire à l'hygiène des mains.

Réalisation du soin
• Vérifier la prescription médicale du mélange nutritif à utiliser.
• Si le patient n'est pas porteur d'une sonde naso-gastrique, poser une sonde naso-gastrique.
• Prévenir le patient.
• Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
• Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l'intégrité des emballages.
• Installation sur une surface propre et désinfectée au préalable.
• Respecter le triangle d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles).
• Préparer et installer le système d'alimentation.
• Installer le patient en position assise ou demi-assise.
Administration de l'alimentation par sonde naso-gastrique ou naso-duodénale
• En l'absence de sonde, poser une sonde naso-gastrique.
• Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
• Vérifier le bon positionnement de la sonde :
• Mettre les gants non stériles.
• Vérifier le repère mis sur la sonde au niveau de la narine.
• Clamper la sonde : ne pas clamper directement la sonde, mettre une compresse entre le clamp et la sonde pour ne pas abîmer la sonde.
• Aspirer 30 ml d'air dans la seringue, ôter le bouchon obturateur de la sonde avec une compresse et adapter la seringue à la sonde.
• Poser le stéthoscope au niveau de l'air gastrique : région épigastrique (8-10 cm sous le sternum).
• Déclamper la sonde d'alimentation.
• Injecter les 30 ml d'air contenus dans la seringue.
• Ecouter les borborygmes (gargouillis) qui confirme la bonne position de la sonde.
• Clamper la sonde d'alimentation
• Désadapter la seringue.
• Adapter le système d'alimentation puis déclamper la sonde :
• Seringue : injecter doucement.
• Gravité ou nutripompe :
• Adapter la tubulure.
• Régler le débit.
• A la fin de l'alimentation, rincer la sonde en injectant 2 à 3 seringue de 60 ml d'eau.
• Remettre le bouchon obturateur de la sonde et fixer la sonde.
• Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
• Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
• Réinstaller le patient.
• Transmission : produit administré, heure de début, quantité de produit et d'eau administrée.
Administration de l'alimentation par sonde de gastrostomie ou de jéjunostomie
• Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
• Mettre les gants non stériles.
• Vérifier la bonne fixation de la sonde à la peau afin d'éviter toute traction au moment de l'administration.
• Injecter 30 ml d'eau pour vérifier la perméabilité de la sonde.
• Adapter le système d'alimentation puis déclamper la sonde :
• Seringue : injecter doucement.
• Gravité ou nutripompe :
• Adapter la tubulure.
• Régler le débit.
• A la fin de l'alimentation, rincer la sonde en injectant 30 ml d'eau.
• Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
• Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
• Réinstaller le patient, 30 minutes après l'administration.
• Transmission : produit administré, heure de début, quantité de produit et d'eau administrée.
Précautions d'emploi
• Utiliser uniquement des tubulures spécialement conçues pour l'alimentation entérale.
• Eviter de transvaser les solutions car risque de contamination bactérienne.
• Ne jamais mélanger un médicaments à la solution nutritive (cela peut modifier les effets).
• Pour passer les médicaments, arrêter l'alimentation nutritive, rincer la sonde avec 50 ml d'eau, injecter les médicaments pilés, rincer la sonde puis rebrancher l'alimentation.

Risques et complications
• Reflux gastro-œsophagien :
• Bien vérifier que le patient soit en position assise ou demi-assise.
• Revoir la concentration du produit avec la diététicienne et le médecin.
• Prescription médicale d'antiémétique.
• Diminuer le débit de l'alimentation (voir médecin).
• Diminuer le volume total à passer sur 24 heures (voir médecin).
• Contrôler les selles pour rechercher un symptôme occlusif.
• Les diarrhées : dû au problème de débit et incapacité d'absorption intestinale.
• Dû à un déséquilibre osmotique.
• Dû à une mauvaise position de la sonde (tirer un peu sur la sonde).
• Dû à un non respect des précautions d'hygiènes.
• Dû à un traitement antibiotique associé.
• Prescription médicale d'anti-diarrhéiques.
• Obstruction de la sonde :
• Rincer souvent la sonde.
• Enlever la sonde et la reposer.
• Rhinite, pharyngite, mastoïdite :
• Changer la sonde de narine.
• Soins des narines.
• Inhalation bronchique :
• Vérifier la position du patient : demi-assis ou assis.
• Vérifier la fixation et la bonne position de la sonde naso-gastrique.
• Réduire le débit ou l'arrêter.
• Radiographie sur prescription médicale.
• Escarre : soins et préventions d'escarre au niveau de la narine.
• Complications infectieuses : concerne gastrostomie et jéjunostomie.
• Complication d'ordre physique : altération de l'état général pouvant être liée à une absence de contact avec les aliments.

Surveillances et évaluations
• Surveillance du poids.
• Evaluer la tolérance du patient.
• Vérifier qu'il n'y a pas de signes de déshydratation ou de trouble du transit.
• Faire une feuille de surveillance
Revenir en haut Aller en bas
 
soins infirmiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers une psychiatrie sans contention - André Laubscher, directeur des soins infirmiers à Genève
» Conflits dans le milieu professionnel : pressions et manipulations
» La position bouddhiste sur les questions délicates.
» Fédération d'Aide à la Santé Mentale : réaction à l'émission des Infiltrés
» IDE - Annexe 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Espace des étudiant infirmier :: Cour et support théorique-
Sauter vers: