Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 YERSINIA, YERSINIOSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bouricha yasmine
Supermoderateur
Supermoderateur
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 20
Localisation : bouzareah
Date d'inscription : 18/04/2016

MessageSujet: YERSINIA, YERSINIOSE    Sam 14 Mai - 17:29

définition :
Genre de bactérie appartenant à la famille des entérobactéries et comprenant trois espèces susceptibles d'entraîner des maladies:
Yersinia enterocolitica
Yersinia pseudo-tuberculosis
Yersinia pestis responsable de la peste (bacille de Yersin)
Ces bactéries en forme de bâtonnets (bacilles) sont colorables par les colorants Gram négatifs.

La yersiniose est une infection due à une de ces trois bactéries. Il s'agit d'une zoonose (maladie des animaux transmissible à l'homme et réciproquement) fréquente. Les animaux réservoir de cette bactérie sont le porc ainsi que d'autres animaux sauvages et domestiques. Généralement, les Yersinia sont transmises à l'homme par voie orale.
Yersinia, qui est largement distribuée à travers le monde, est une bactérie pléiomorphe. Ceci signifie qu'elle possède la capacité de revêtir des formes différentes dans certaines conditions ou sous des influences déterminées.

Yersinia enterocolitica, qui est la variété la plus fréquente, est à l'origine de certaines formes de gastro-entérites s'accompagnant d'hyperthermie (fièvre), de douleurs abdominales, de vomissements et de diarrhée. Très répandue dans le sol, Yersinia enterocolitica se retrouve également dans l'eau et les végétaux. Elle a également été isolée à partir d'une grande variété d'aliments contaminés comme la viande, les légumes et le lait, mais aussi dans les selles de nombreux individus, en quantité moindre (on appelle ces personnes des porteurs sains). Elle est dans certain cas responsable d'entérocolite, c'est-à-dire d'inflammation de la muqueuse de l'intestin (la muqueuse étant la couche de cellules recouvrant l'intérieur des intestins).

Enfin Yersinia a été isolée à partir d'une grande variété d'animaux sauvages et domestiques comprenant des mammifères, des poissons, des oiseaux, des amphibiens et des crustacés. Des épidémies d'entérite à Yersinia enterocolitica sont véhiculées par le lait pasteurisé ou non et par les aliments préparés avec de l'eau contaminée.
En Belgique, il existe une coutume régionale qui est celle de consommer du porc cru haché. Il semble que cette habitude gastronomique soit un facteur de risque significatif pour les infections à Yersinia enterocolitica dont le sérotypes est O : 3 et O : 9.

La transmission de cette bactérie par les selles des chats et des chiens a également été démontrée.
La transmission entre les membres d'une même famille est également possible : elle se fait sur le mode orofécal (bouche - excrément).

Enfin, Yersinia enterocolitica peut également (bien que très rarement) être transmise par l'intermédiaire de transfusions et dans ce cas l'évolution est généralement fatale. En effet, les donneurs de sang ont quelquefois dans leur sang Yersinia enterocolitica de façon asymptomatique (sans signe). Les micro-organismes peuvent alors atteindre, dans le sang réfrigéré, des concentrations très élevées pendant une période de 10 à 20 jours.

Après Salmonella (qui est la bactérie la plus fréquemment retrouvée), Campylobacter et Shigella, Yersinia enterocolitica est le quatrième agent bactérien à l'origine de maladie identifié sur des prélèvements fécaux (d'excréments) de patients. Les infections à Yersinia enterocolitica concernent essentiellement les enfants de 1 à 4 ans. D'autre part, il semble que les infections par cette bactérie soient plus fréquentes au cours des mois d'hiver que par temps chaud.

Yersinia enterocolitica se complique certaines fois de septicémie (passage la bactérie dans le sang) avec une atteinte des ganglions mésentériques (présents au niveau du tube digestif), d'érythème noueux (coloration rouge de la peau) s'accompagnant de polyarthrite (inflammation des articulations). L'érythème noueux est une éruption accompagnée de nodosités (petites tuméfactions dures) de coloration rouge plus ou moins foncé, installées dans le derme ou l'épiderme (couche superficielle de la peau). Le volume de ces nodosités peut aller de la taille d'un pois à celle d'une noix. Le mécanisme à l'origine de la survenue d'une telle pathologie est pour l'instant obscur.

Symptômes:
Fébricule (petite fièvre), plus rarement hyperthermie (élévation de la température de façon importante).
Douleurs abdominales se traduisant par des crampes
Nausées
Vomissements dans 20 à 40 % des cas
Hémorragie digestive dont plus de 30 % des cas
Éruption cutanés généralisés chez seulement quelques individus
Entérite (inflammation de la couche de cellules recouvrant l'intérieur de l'intestin s'accompagnant de diarrhée et quelquefois d'hémorragie).
Adénite mésentérique (inflammation des ganglions au voisinage du tube digestif terminal).
Inflammation du pharynx (plus rarement) mais nécessitant une surveillance car quelquefois de mauvais pronostic plus particulièrement chez les adultes.
Érythème noueux (voir ci-dessus)
Septicémie (voir ci-dessus)

Évolution:

Quelques cas graves (rares) ont été décrit avec :
Une perforation de l'intestin
Une inflammation du péritoine
Une inflammation de la vésicule biliaire
Des thromboses (présence de caillots sanguins) dans la veine mésentérique
Des diverticules
Un mégacôlon (dilatation du côlon)
Des hémorragies
une destruction (nékros) de l'intestin grêle, du côlon.

L'infection à Yersinia pseudo- tuberculosis est très proche de celle décrite ci-dessus.

Le labo:
La plupart des infections humaines sont provoquées par des sérotypes que les spécialistes nomment O:3 , O:5 , O:8 , O:9.
Les sérotypes sont des catégories dans lesquelles certains virus ou bactéries sont classés selon leur réaction en présence d'un sérum (partie liquidienne du sang) qui contient des anticorps spécifiques contre les bactéries ou les virus en question. Les tests d'agglutination (les tests Elisa) sont les plus fréquemment utilisés.

Traitement:
Les diarrhées doivent être traitées de façon symptomatique.
Quelques individus nécessitent de perfusion.
Il est nécessaire d'éviter la contamination par les selles chez les patients hospitalisés présentant une diarrhée à Yersinia.
Le traitement qui fait appel aux antibiotiques est généralement réservé aux patients présentant une entérocolite, une septicémie, une infection ayant tendance à s'étendre et enfin chez les individus présentant des problèmes immunitaires.

Dans certains cas douteux, il est nécessaire de faire un antibiogramme : il s'agit d'un test destiné à montrer la sensibilité d'un germe microbien (bactérie, parasite, champignon) à divers antibiotiques, en vue de sélectionner l'antibiotique le plus efficace pour lutter contre ce germe. L'antibiogramme permet la sélection des médicaments.
Yersinia enterocolitica est généralement sensible aux aminosides, aux céphalosporines de troisième génération, au chloramphénicol, au Quinolone, aux tétracyclines, au triméthoprime sulfaméthoxazole.

Prévention:

Les mesures d'hygiène lors de la préparation du transport des aliments sont très importantes pour prévenir les yersinioses. Il est particulièrement contre-indiqué de manger de la viande de porc crue ou mal cuite.
En ce qui concerne les transfusions sanguines, la mise en évidence, simplement en regardant les poches contenant du sang, d'une coloration foncée (reflétant la diminution de la quantité en oxygène de ce sang et l'hémolyse correspondant à l'éclatement des globules rouges) est quelquefois suffisante pour contre-indiquer l'utilisation de ces poches.

sunny king king
Revenir en haut Aller en bas
 
YERSINIA, YERSINIOSE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Espace des étudiant infirmier :: Cour et support théorique :: SEMESTRE 2 :: Microbiologie / Parasitologie / Immunologie-
Sauter vers: