Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 anaomie physiologie de l appareil dégistif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ait touati chaima
Supermoderateur
Supermoderateur


Nombre de messages : 68
Age : 20
Localisation : alger
Date d'inscription : 19/04/2016

MessageSujet: anaomie physiologie de l appareil dégistif   Sam 7 Mai - 13:14



l’appareil digestif :

C’est l’ensemble des organes qui vont assurer la transformation des substances nutritives qui sont apportées par l’alimentation à fin de les assimiler.

Il comprend une série d’organe creux qui forme le tube digestif et des organes pleins annexés (les glandes annexes).

L’ensemble du tube digestif est entouré par une membrane qui est le péritoine.



DESCRIPTION DE L’APPAREIL DIGESTIF :



I) la bouche :

Elle s’ouvre en avant par l’orifice buccal, elle est limitée par les 2 lèvres supérieure et inférieure. En haut il y a la voûte osseuse du palais et membraneuses (le voile du palais) qui sépare la bouche des fosses nasales.

En bas il y a le plancher de la bouche formé d’une sangle musculaire qui est tendu entre les 2 branches de la mandibule et de l’os hyoïde.

Latéralement il y a les joues recouvertes par une muqueuse jugale. La bouche communique en arrière avec le pharynx.



II) les dents :

Ce sont des organes très durs qui permet la mastication.

1° la constitution des dents :

Il y a 3 parties : - les racines implantées dans les alvéoles

- la couronne c’est ce qui émerge de la gencive

- le coller qui se trouve entre les 2 et c’est dessus que se fixe la plaque dentaire.

La structure des dents :

· Une partie centrale : la pulpe qui va contenir les vaisseaux et les nerfs de la dent

· une partie périphérique très dure (l’ivoire) qui recouvre la pulpe dentaire

· Au-dessus il y a une substance protectrice qu’est l’émail (très dure)

Au niveau de la racine il y a une substance protectrice le cément dentaire.



2° la classification des dents :

Il y a 4 sortes de dents :

· les incisives dont la couronne est tranchante, elles servent à couper la viande

· les canines dont la couronne est pointue qui sert à déchirer les aliments

· les prémolaires dont la couronne est plate, ils ont souvent 2 tubercules et servent à écraser les aliments

· Les molaires qui ont plusieurs racines dont les couronnes sont plates, ils ont 4 tubercules et servent à broyer les aliments.



3° les 2 dentitions

· les dentitions de lait :

Sont des dents temporaires et imcomplète. Il y a 20 dents qui commencent à sortir vers l’âge de 6 mois et se terminent vers 3 ans :

- 8 incisives (entre 6 et 10° mois)

- 4 canines (entre 28 et 30° mois)

- 8 prémolaires (entre 24 et le 26) mois)

· les dentitions définitives :

Sont des dents définitives et complètes. La poussée commence vers 6 ou 7 ans. Les dents de lait tombent et les dernières dents apparaissent jusqu’à 25 ans. Elle comporte 32 dents :

- 8 incisives (de 6 à 10 ans)

- 4 canines (de 10 à 12 ans)

- 8 prémolaires (de 9 à 12 ans)

- 12 molaires (de 5 à 25 ans)





III) la langue :

C’est un organe charnu et mobile qui possède des muscles et un squelette. Elle va être recouverte d’une muqueuse très différenciée qui va contenir les récepteurs sensoriels de la gustation.

1° le squelette de la langue :

Il est formé par l’os hyoïde à partir duquel va se développer une membrane fibreuse très dure qui s’appelle le septum lingual et dessus vont s’insérer beaucoup de muscle qui vont constituer la langue.

2° les muscles de la langue :

Ils sont nombreux, au nombre de 17. Ils viennent de l’os hyoïde, du voile du palais et de la paroi pharyngée.

Ces muscles vont conférer à la langue une grande mobilité qui va jouer un rôle dans la mastication et la déglutition ainsi que la phonation

3° la muqueuse linguale

Elle est caractérisée par la présence d’organe du goût (papilles gustatives), elles sont disséminées sur toute la surface de la muqueuse. Les plus volumineuses sont en arrière de la langue (papilles calciformes) elles vont dessiner un V lingual ouvert vers l’avant.

4° innervation de la langue :

· motrice :

assure par la XII paire crânienne (nerf grand hypoglosse)

· sensitive :

assuré par le nerf lingual (une branche du trijumeau de la V paire crânienne)

· sensoriel et gustative

assuré par le nerf glossopharingien (IX paire crânienne) et par une branche du nerf faciale (VII paire crânienne)



IV) les glandes salivaires :

Annexées à la cavité buccale, il y en a 3 paires :

*glandes parotides

*glandes sous maxillaires

*glandes sub linguales.



1) La glande parotide :

Située de part et d’autre de la face, dans la loge parotidienne, elle est située en arrière de la branche montante du mandibule, elle est située en avant du conduit auditif externe et de la mastoïde ;

elle est traversée par des organes importants :

*la veine jugulaire externe

*l’artère carotide externe

*le nerf facial qui divise la parotide en 2 lobes.

C’est la plus volumineuse des glandes salivaires (25g), c’est une glande exocrine (secrète des substances qui vont être déversées dans des canaux : Le canal de sténon). Celui ci va contourner la branche montante de la mandibule, traverser la joue et s’ouvre dans la bouche en regard du collet de la 1° molaire supérieure.



2) la glande sous maxillaire :

Située dans la loge sous maxillaire qui est comprise entre la mandibule et la langue (7g) va s’ouvrir dans la cavité buccale par le biais du canal de Wharton, en regard du frein de la langue.



3) la glande sub linguale :

Située au niveau du plancher de la bouche de part et d’autre du frein de la langue (3g) et va s’ouvrir dans la cavité buccale par de nombreux canaux.



V) Le pharynx :

Situé en arrière de la cavité buccale, c’est le carrefour entre les voies aériennes et digestives.

Il s’ouvre au niveau de sa partie moyenne, (ORO pharynx) au-dessus il y a le rhino pharynx.

Ce pharynx est limité latéralement par des muscles du voile du palais et par 2 saillies qui sont les piliers post et antérieur du voile. Entre ces 2 piliers, il y a l’amygdale palatine (organe lymphoïde), il est constitué par des muscles :



*muscles élévateurs

*muscles constructeurs.

Il est constitué par une muqueuse malpighienne pharyngée. Le pharynx va communiquer avec l’œsophage vers la 6° vertèbre cervicale à l’orifice laryngo-oesophagien.



VI) L’œsophage :

Conduit qui fait communiquer le pharynx en haut, et avec l’estomac en bas.



1) situation :1) situation :

25 cm de long et large de 2 à 3 cm.

Il va d’abord traverser la partie basse du cou, en arrière de la trachée (c’est l’œsophage cervical).

Ensuite il y a l’œsophage thoracique, il est en rapport avec l’aorte thoracique et le canal thoracique, les nerfs pneumogastriques (10° paire crânienne), avec des pédicules pulmonaires (veines et artères) et avec le cœur.

L’œsophage va perforer le diaphragme au niveau D10, par un hiatus (orifice) pour devenir l’œsophage abdominal très court 2 cm et qui va s’unir à l’estomac au niveau du cardia.



2) structure :

constitué par 3 couches de l’extérieur vers l’intérieure :

*couche musculaire, faîtes de fibres longitudinales en superficie et des fibres circulaires en profondeur. Au niveau du tiers supérieur se sont des muscles striés. Les 2/3 inférieurs, c’est du muscle lisse.

Il permet de propulser les aliments de la bouche vers l’estomac, cela s’explore grâce à la manométrie.

*couche sous muqueuse : riche en fibre élastique

*couche muqueuse malpighienne sur toute sa hauteur sauf les derniers cm pour évoluer vers une muqueuse glandulaire.



VII) L’estomac :

C’est une poche digestive située entre l’œsophage et l’intestin.



1) situation :

Dans l’abdomen au niveau de l’épigastre et l’hypocondre gauche.

2) configuration extérieure :

dimension : 25 cm de haut, 11 cm de large, 9 cm en antéro postérieure.

Sa forme, celle d’un J majuscule avec 2 segments :

*1 horizontal

*1 vertical ;



a) le segment vertical :

présente l’orifice oesophagien (le cardia), puis une portion renflée appelée la grosse tubérosité, appelé poche à air, en dessous c’est le corps de l’estomac (fundus).

b) le segment horizontal :

se dirige de gauche à droite appelé l’ANTRE, qui se termine par un orifice qui fait communiquer l’estomac au duodénum, le pylore (sphincter).

c) les bords de l’estomac :

*le bord gauche : grande courbure

*le bord droit : petite courbure.



3) La structure de l’estomac :

La paroi est composée de 4 couches superposées (de l’extérieur vers l’intérieur).

*une couche séreuse (le péritoine)

*une couche musculaire avec fibres musculaires

*une couche sous muqueuse (tissu conjonctif riche en vaisseaux)

*une couche muqueuse qui va contenir les glandes.

Elle va tapisser la totalité de l’estomac, c’est un épithélium glandulaire, sa surface n’est pas lisse.

Il y a une tapisserie de crypte glandulaire (orifice) au niveau de chaque crypte, il y a un abouchement de 3 à 7 glandes tubulaires. Ces glandes vont être constituées de 4 types de cellules.



*les cellules à mucus

*les cellules pariétales (volumineuses cellules qui sécrètent l’acide chlorhydrique et facteur intrinsèque.

*les cellules principales qui sécrètent des hormones qui digèrent les protéines (la pepsine).

*les cellules endocrines sécrètent la sérotonine et de la gastrine par d’autres cellules.



L’épithélium de revêtement de l’estomac, ce ne sont que des cellules à mucus (surface de l’estomac), rôle de protection. Les autres types cellulaires n’existent qu’au niveau des tubes glandulaires.

La structure des glandes va différer en fonction des zones de l’estomac :

*au niveau de la grosse tubérosité (des cellules à mucus)

*au niveau du FUNDUS les glandes auront les 4 types cellulaires, les cellules pariétales n’existent que là.

*au niveau de l’antre, il n’y a pas de cellules pariétales, les 3 autres sont présentes.


VIII) L’intestin grêle :

Il relie l’estomac au gros intestin, il mesure environ 7 mètres de long avec un diamètre de 3 cm.

1° sa structure :

Il a 4 couches :

- couche séreuse formée par le péritoine

- couche musculaire avec des fibres longitudinales en superficie et circulaire en profondeur

- une couche sous muqueuse

- une couche muqueuse qui est constituée macroscopiquement de valvules conniventes qui donnent à l’intestin son aspect plissé (on les trouve uniquement dans l’intestin grêle). A l’étage microscopique il y a des replis plus petits qui sont des villosités intestinales, celles ci vont contenir les vaisseaux. Sa fonction est d’augmenter la surface d’absorption. Entre les villosités il y a des espaces où se trouvent les glandes de Lieberkhum qui s’ouvrent.

Il y a des amas lymphoïdes qui correspondent aux follicules clos et ils ont un rôle dans l’immunité en formant des anticorps.

2° les divisions de l’intestin grêle :

Il est en 3 parties :

· le duodénum :

Qui est une partie fixe, elle fait suite à l’estomac au niveau du pylore et se termine à l’angle duodeno-jejunal (ou angle de treitz) puis se prolonge par le jéjunum.

Il est profondément situé dans l’abdomen, plaqué contre la paroi abdominale postérieure auquel il adhère fortement. Il mesure environ 25 cm de longueur et forme un anneau presque complet. Il y a 4 portions duodénales. Cet anneau va circonscrire la tête du pancréas et lui adhérer fortement. Les canaux excréteurs du pancréas vont déboucher à la 2° portion du duodénum. Il va y avoir le canal principal du pancréas (canal de Wirsung) qui va s’ouvrir par un orifice commun avec les voies biliaires au niveau de l’ampoule de Vater (ou papille)

Le canal excréteur du pancréas accessoire (canal de Santorini) va déboucher au niveau de la 2° portion du duodénum au niveau de la petite caroncule.

La structure du duodénum : dans sa paroi il y a des glandes spéciales qui sont les glandes de Brünner.

Sa vascularisation : il est vascularisé par les branches de l’artère hépatique et par une branche de l’artère mésentérique supérieure d’autre part

· le jejuno-iléon :

Cette partie fait suite au duodénum, elle commence à l’angle duodéno-jejunal et se termine au niveau de la valvule iléo-caecale (valvule de Bauhin) puis va s’aboucher au gros intestin.

Sa situation : il va être replié à l’intérieur de la cavité abdominale et va décrire des flexuosités (les anses intestinales).

Les premières sont les anses jéjunales et les dernières sont les anses iléales (ou iléon).

Il va être relié à la paroi abdominale postérieure par une lame péritonéale dans laquelle vont cheminer les vaisseaux de l’intestin (c’est le mésentère)

Sa structure : les follicules clos vont se rassembler pour former des plaques de Peyer (ils ont un rôle immunitaire)

Sa vascularisation : est assuré par l’artère mésentérique supérieure.

Ses particularités : au niveau de l’iléon il y a à 80 cm de sa terminaison une saillie (vestige embryonnaire) le diverticule de Meckel



IX) le gros intestin :

Il fait suite à l’intestin grêle et se termine à l’anus.

1° sa configuration externe :

Il mesure environ 1m50 avec un diamètre de 3 à 8 cm et dessine un cadre colique.

On observe macroscopiquement :

· Des bandelettes longitudinales au nombre de 3 qui sont formées par les fibres musculaires longitudinales de la paroi.

· Des appendices épiploïques qui sont des petites franges graisseuses implantées sur la paroi

La structure du colon :

Il y a 4 couches identiques avec des petites particularités : il y a une condensation des fibres musculaires longitudinales en 3 bandelettes, elles sont visibles à l’œil nu.

Il n’y a pas de valvule connivente n’y de villosités intestinales au niveau de la muqueuse.

2° les parties constitutives du gros intestin :

· le caecum

Il se présente comme un cul de sac placé dans la fosse iliaque droite. On parle de bas fond caecal. Sur a face interne s’implante :

- l’intestin grêle au niveau d’une valvule (Bauhin) qui est normalement fermée et celle ci laisse passer de temps en temps des selles liquides qui seront par la suite déshydratées.

- l’appendice verniculaire, qui est très riche en formation lymphoïde et qui se trouve être le siège fréquent d’inflammation. L’appendice se situe en un point précis qui s’appelle le point de mac Burney se situant entre l’épine iliaque antéro supérieure et l’ombilic.

L’appendice peut être long et entraîner différentes formes cliniques comme l’appendicite pelvienne.

L’appendicite peut être rétro caecal donc la douleur sera latéralisée.

L’appendicite sous hépatique entraîne une collécistite aiguë.

L’appendicite mésocaeliaque surtout chez le sujet âgé avec des signes péri ombilicaux pouvant faire penser à un anévrisme de l’aorte abdominale.

L’appendicite à gauche dans le cas de situs inversus (tout est inversé), s’il n’y a pas de situs inversus c’est une sigmoïdite diverticulaire.

· le colon droit ou ascendant qui monte verticalement

· le colon transverse :

Qui traverse de droite à gauche la cavité abdominale, il part de l’angle droit et va se terminer à l’angle gauche.

Il est mobile, il est contenu dans un méso ou repli péritonéal qui est très long (le méso colon transverse) celui ci va contenir des vaisseaux et il est rattaché à la paroi abdominale postérieure.

Sur sa face antérieure vient se rattacher le grand épiploom ou tablier épiploïque (c’est une protection mécanique de l’intestin contre les agressions extérieures).

· Le colon descendant ou colon gauche qui descend verticalement.

· Le colon pelvien ou sigmoïde qui est mobile, il dessine souvent une boucle.

· Le rectum :

Mesure de 18 à 20 cm de haut. C’est la portion terminale du tube digestif et comporte une partie haute dilatée appelée l’ampoule rectale qui est un réservoir pour les matières et une partie basse plus rétrécie.

· le canal anal :

Mesure de 2 à 4 cm de haut, il est au milieu de la ligne pectinée (frontière entre la muqueuse glandulaire et la muqueuse de revêtement) Il y a des cryptes à cet endroit qui forment des poches lieu de démarrage des fistules anales. Ensuite il y a des papilles qui peuvent être hypertrophiées pouvant faire penser à des hémorroïdes.

Les hémorroïdes :

Il y a des structures musculaires :

- un sphincter interne qui est lisse qui est fermé

- un sphincter externe strié dont le faisceau principal provient du releveur de l’anus

Il y a des structures vasculaires :

- Il y a des pédicules veineux (hémorroïdes internes) c’est du sang veineux qui provient de la vascularisation honteuse interne.

- Les hémorroïdes externes (sang veineux)

· physiologie de la défécation :

Dans la paroi du rectum il y a des baro-récepteurs qui informe le système nerveux central qu’il se passe quelque chose quand les matières arrive au rectum. Normalement le sphincter interne est fermé, le cerveau indique au sphincter interne un message qui entraîne un réflexe recto anal inhibiteur, et les matières peuvent descendre et celle ci arrive au niveau du sphincter externe strié qui va être alerté à son tour et va entraîner un message à une autre zone cérébrale qui permet la volonté pour l’ouverture du sphincter externe et donc de déféquer.



3° la vascularisation du colon :

La moitié droite est vascularisée par l’artère mésentérique supérieure.

La moitié gauche est vascularisée par l’artère mésentérique inférieure.

Au niveau du transverse il y a réunion des 2 vascularisations pour former l’arcade de Riolan qui est un riche système d’anastomoses vasculaires qui est contenu dans le méso colon sigmoïde.



X) Le foie :

C’est la plus volumineuse des glandes annexes (1,5 kg) du tube digestif. Il se situe à l’hypocondre droit et déborde de la région épigastrique.



1) la configuration extérieure :

elle présente 3 faces :

· La face supérieure : elle répond au diaphragme auquel elle est fixée par des ligaments puissants (ligaments suspenseurs du foie). Sur cette face va s’insérer un repli du péritoine (le ligament falciforme) qui va diviser cette face supérieure en 2 lobes.

· La face inférieure du foie : elle est parcourue par 3 sillons profonds, 2 sont antéro-postérieur et le 3° est transversal, c’est le hile du foi.

· La face postérieure : appliquée contre la paroi abdominale postérieure, elle entre en rapport avec la veine cave inférieure qui va creuser un sillon large et profond.



La structure du foie :

Elle est constituée de cellules spéciales (hépatocytes), petites cellules polygonales riches en substances de réserves (glycogène).

Elles sont groupées en formation spéciale qui s’appellent les globules hépatiques, ces derniers ont une forme polyédrique dont l’agencement est déterminé par la disposition des vaisseaux et des voies biliaires intra hépatiques.

Ces lobules sont séparés les uns des autres par des travées de tissus conjonctifs où cheminent des vaisseaux et des canaux biliaires, ce sont des espaces portes.



La vascularisation du foie : schéma

Il possède une double vascularisation :

· une veineuse par le biais de la veine porte (4/5° de l’apport sanguin)

· une artérielle par le biais de l’artère hépatique (1/5° de la vascularisation)

Tout le sang du foie est drainé par des veines sus hépatiques qui se réunissent au niveau du dôme du foie pour se rejeter dans la veine cave inférieure très près de l’oreille droite.

* la veine porte et ses branches :

Elle draine la totalité du sang veineux du tube digestif. Elle est formée par la réunion de différentes veines (mésentérique supérieure et de l’union de la mésentérique inférieur et de la veine splénique).

Cette veine va monter vers le hile du foie et se divise en 2 branches (droite et gauche) puis va se ramifier à l’intérieur du foie en un très grands nombres de rameaux qui vont cheminer entre les lobules hépatiques dans les espaces portes.

De ces rameaux autour du lobule vont naître les capillaires sinusoïdes qui vont cheminer à l’intérieur des lobules, entre les travées de cellules de la périphérie vers le centre (au centre : la veine centro-lobulaire, origine initiale des veines sus hépatiques).

La veine porte et ses branches vont apporter au foie un sang riche en substance alimentaire, stockée et transformée par les hépatocytes, c’est ce qu’on appelle la circulation fonctionnelle du foie.



*L’artère hépatique et ses branches :

Elle naît du tronc coeliaque, elle va cheminer en direction du hile du foie, se sépare en 2 branches (droite et gauche) puis dans de très nombreux vaisseaux dans les espaces portes puis dans les lobules hépatiques, toujours entre les travées d’hépatocytes de la périphérie vers le centre pour atterrir dans le système veineux centro-lobulaire.

L’artère hépatique amène au foie un sang riche en O², indispensable à la vie et activité des cellules hépatiques, c’est la circulation nutritionnelle du foie.



*Le système veineux sus hépatiques :

Il va recueillir la totalité du sang venant du foie. Leur origine est constituée par des veines centro lobulaires, celles-ci vont se réunir pour former des circuits de plus en plus important, pour former des affluents des veines sus hépatiques.



XI) Les voies biliaires :

Une des principales fonctions du foie, c’est la sécrétion de la bile, celle-ci est recueillie par les voies biliaires de 2 types :

· Les voies biliaires intra hépatiques : ce sont celles qui vont recueillir la bile sur le lieu même de sa production. Dans chaque lobule entre les travées, il y a des canalicules biliaires qui vont recueillir la bile produit par les hépatocytes.

Ces canalicules sont centrifuges (du centre vers la périphérie et vont gagner les espaces portes dans un canalicule péri lobulaire).

Ils vont être de plus en plus important pour former les canaux hépatiques droit et gauche chacun drainant sa portion de foie respectif, ses canaux vont sortir du foie au niveau du hile, appelés les voies biliaires extra hépatiques.

· Les voies biliaires extra hépatiques :

1) la voie biliaire principale :

Constituée par la réunion des 2 canaux hépatiques droite et gauche pour former le canal hépatique commun. Celui-ci va se réunir au canal cystique pour former le canal cholédoque qui va cheminer dans le pédicule hépatique.

Ce canal cholédoque va passer en arrière de la tête du pancréas, le traverser et s’ouvrir au bord interne de 2° duodénum au niveau de l’ampoule de VATER par un orifice commun avec le canal excréteur du pancréas (le WIRSUNG), cet orifice est entouré par un sphincter lisse (le sphincter d’ODDI).

2) la voie biliaire accessoire :

Elle est constituée par un réservoir branché en dérivation de la voie biliaire principale (c’est la vésicule biliaire). Elle a un rôle de stockage de la bile qui est sécrétée en permanence par le foie. Elle est reliée par le canal cystique (canal excréteur) qui se réuni au canal hépatique pour former le canal du cholédoque.

Par phénomène de pression, la bile va se stocker dans la vésicule biliaire. La bile sert à solubiliser les graisses dans le duodénum.



XII) Le pancréas :

1) configuration extérieure :

Glande annexe, elle est allongée de droite à gauche, de consistance ferme, pèse environ 70g. il mesure 15 cm de long, il est profondément situé, appliqué à la paroi abdominale postérieure auquel il est solidement fixé.

Il comporte 3 segments :

- La tête : portion la plus volumineuse, entourée par le cadre duodénal, elle adhère intimement au cadre duodénal.

- Le corps du pancréas : appliqué contre l’aorte, fait suite à la tête par une position rétrécie : l’isthme.

- La queue : située en arrière de l’estomac, elle va en s’effilant vers la gauche. Elle est en rapport intime avec les vaisseaux splénique et elle se termine tout près de la rate.





2) Sa structure :

glande mixte constituée de 2 sortes d’éléments glandulaires :

· Pancréas exocrine : formée par des cellules qui vont former des glandes (tubulo acineuses) qui vont se grouper pour former des lobules pancréatiques. Elles vont déverser leurs produits de sécrétion dans des canaux excréteurs qui eux-mêmes se réunissent pour former 2 canaux essentiels ;

- Le canal principal (Wirsung) qui débouche au niveau de la face interne de duodénum 2 par un canal commun avec le cholédoque au niveau de l’ampoule de Vater.

- Le canal accessoire (canal de santorini) qui débouche à la face interne de D 2 au niveau de la petite caroncule. Le produit de sécrétion c’est le suc pancréatique qui contient de nombreux enzymes qui vont jouer un rôle essentiel dans la digestion.



· Pancréas endocrine : constitué de cellules qui vont déverser directement le produit de sécrétion dans des vaisseaux sanguins. Ces cellules vont être regroupées en îlots (îlots de Langerhans) situé surtout au niveau de la queue du pancréas.

Les îlots sont constitués de 4 cellules :

*cellules A ou a2 qui sécrètent le GLUCAGON (hormone hyperglycémiante)

*cellules B ou b qui sécrètent l’insuline (hypoglycémiante)

*cellules D qui sécrètent la somatostatine

*cellules qui vont sécréter le VIP (le vaso intestinal peptide) rôle très complexe.



3) La vascularisation :

Assurée par des branches de l’artère hépatiques, de l’artère splénique de la mésentérique supérieure.



XIII) La rate :

Elle n’a aucun rôle digestif, c’est un organe lymphoïde. Elle est profondément située sous la coupole diaphragmatique gauche, protégée par le gril costal et situé en dehors de l’estomac au-dessus de l’angle gauche du colon et en avant du rein gauche.

Elle a la forme d’une pyramide dont la base repose sur l’angle gauche du colon, la face externe est au contact avec le diaphragme et la paroi thoracique.

Sa face postéro-interne répond au rein gauche

Sa face antéro-interne va présenter un sillon (le hile) par lequel les vaisseaux vont pénétrer la rate, cette face répond à la queue du pancréas et à l’estomac.

La vascularisation :

- Artère splénique, branche du tronc coeliaque (artère à gros débit).



XIV) Le péritoine :

C’est une enveloppe (séreuse) qui va envelopper tous les organes digestifs.

1) disposition générale du péritoine :

une séreuse est composée de 2 feuillets :

*1 pariétal qui tapisse la paroi profonde de l’abdomen

*1 viscéral qui enveloppe tous les organes digestifs

Ces 2 feuillets se continuent l’un avec l’autre en formant des lignes de réflexions. Entre les feuillets, il y a la cavité péritonéale.

Les viscères digestifs reçoivent les vaisseaux venant de l’aorte abdominale, ceux ci vont gagner les viscères en cheminant entre 2 feuillets pariétaux qui unissent le feuillet pariétal au feuillet viscéral de la séreuse (on donne le nom de méso à ces 2 feuillets).

Les méso rattachent et suspendent à la paroi abdominale postérieure les différents viscères digestifs et leurs amènent leurs vaisseaux nourriciers qui viennent du même endroit. Suivant les viscères auxquels ils sont reliés, les mésos prennent les noms de :

*mésogastre (estomac)

*mésentère (jéjuno-iléon)

*mésoduodénum

*mésocolon.



Dispositions particulières du péritoine :

Elle est compliquée du fait de 2 phénomènes :

1) La partie supérieure du tube digestif (estomac) est reliée non seulement à la paroi abdominale postérieure mais aussi à la paroi abdominale antérieure et c’est dans ce méso antérieur que se développe le foie.

2) Au cours du développement, les viscères subissent des mouvements complexes de rotation. Certains organes vont s’accoler à la paroi abdominale et de ce fait leur méso va disparaître, ils paraissent alors situés en dehors de la cavité péritonéale.

Shéma



Un organe est dit intra péritonéal quand il est libre dans la cavité péritonéale, tapissé sur ses différentes faces par le péritoine et relié à la paroi abdominale par un méso qui lui amène ses vaisseaux. Ex : l’estomac, le jéjuno iléon, le colon transverse.



Un organe est apparemment extra péritonéal quand il est accolé à la paroi abdominale. Le péritoine ne tapisse alors qu’une seule de ses faces et son méso a disparu.

Mais il est possible chirurgicalement de décoller ses organes et de rétablir la disposition primitive.

Ex : le duodénum, le pancréas, les colons ascendants et descendants.



Enfin un organe est réellement extra péritonéal (ou rétro péritonéal) lorsque que le péritoine pariétal à toujours recouvert sa face antérieure.

Ex : les reins



XV) la topographie générale de l’abdomen :

Il est séparé en 2 par le colon transverse.

· l’étage supérieur (sus mésocolique)

Elle est masquée par le grill costal en grande partie et droite à gauche il y a 3 régions :

- la loge sous phrénique droite ou hypocondre droit

situé au-dessous de la coupole diaphragmatique droite et contient essentiellement le foie, ainsi que les voies biliaires (vésicule biliaire)

- loge épigastrique ou région coeliaque :

Il contient l’estomac.

- la loge sous phrénique gauche :

Elle est située sous la coupole diaphragmatique gauche, elle contient la rate.



· l’étage inférieur ou sous mésocolique :

Il représente la majeure partie de la cavité abdominale, il contient l’intestin grêle et le gros intestin avec leur méso respectif.
Revenir en haut Aller en bas
 
anaomie physiologie de l appareil dégistif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Physiologie de l'appareil digestif
» Physiologie digestive
» Appareil à faire les laits végétaux
» changement d'appareil
» Appareil dentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Espace des étudiant infirmier :: Cour et support théorique :: SEMESTRE 1 :: Anatomie Physiologie-
Sauter vers: