Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 soins infirmier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HamdineYasmine
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 14
Age : 22
Localisation : Beni messous
Date d'inscription : 19/04/2016

MessageSujet: soins infirmier   Lun 2 Mai - 19:51

Exclamation les escarres: Idea
Les escarres : comprendre, prévenir, soigner

L’escarre est une nécrose de la peau et parfois des tissus profonds. Elle apparaît aux endroits de pression quand une personne reste sans bouger dans son lit ou dans son fauteuil ou alitée sur un plan trop dur (ex. : salle d’opération).
Toute personne alitée, quel que soit son état de santé pourrait développer des escarres, plus ou moins grave en fonction de différents facteurs.
Ces plaies doivent être évitées à tout prix car elles sont douloureuses, longues à cicatriser et doivent être soignées par des traitements onéreux.
Les escarres sont évitables, les hôpitaux y veillent !
Cette présentation va vous permettre de comprendre :
o les origines des escarres ;
o comment les éviter ;
o comment les soigner.
Comprendre les escarres
L’escarre est une nécrose ischémique (= induisant un manque d’irrigation sanguine et donc d’apport en oxygène) des tissus comprimés entre le plan osseux et le support sur lequel le malade repose.
Les escarres apparaissent chez les personnes alitées ou qui ne savent pas bien bouger.
Les points de pression sont souvent les talons et la région sacrée (+ la tête chez les enfants).
Le manque d'arrivée de sang est toujours dû à une pression excessive qui écrase les vaisseaux sanguins.
Mais elle est aussi favorisée par :
o des vaisseaux sanguins en "mauvais état", notamment à cause d'un diabète, d’une hypertension artérielle, ou du tabagisme, …
o un manque d’oxygène (= hypoxie)
 
Tout commence en profondeur. Une fois les vaisseaux sanguins écrasés, la rougeur puis la plaie n’apparaissent qu’après un certain délai.
oir :
Avant que l’escarre n’apparaisse, on voit une rougeur importante à la peau. Cette zone est très douloureuse et deviendra rapidement noire lorsque les tissus sont morts (= nécrose).

Jaune :
Les tissus noirs (nécrosés) vont être nettoyés et  remplacés au fur et  à mesure par de la fibrine (jaune). Ce n’est pas du pus, ce sont des tissus morts qui se dégradent.

Rouge :
La plaie est tout à fait nettoyée et prendra un aspect rouge. La cicatrisation se fait naturellement et on peut voir apparaître des bourgeons de nouveaux tissus de granulation qui sont vascularisés par des nouveaux vaisseaux.  La plaie est moins douloureuse, elle se cicatrise.

Cicatrisation :
Elle va être lente (plusieurs mois) avant de pouvoir arriver à une fermeture complète de la plaie. Cette cicatrice est encore très fragile et demande une surveillance rapprochée.
Localisation des escarres
Les escarres apparaissent surtout aux point de pression :
Assis :
Sur les ischions (bas des fesses)
Couché dorsal :
Sur le sacrum (haut des fesses), les talons ou l'occiput
Couché latéral :
Sur les trochanters (hanche) ou les malléoles (pied)
Plus longtemps vous laissez une personne sur un point de pression, plus l'ampleur des dégâts sera importante.

Les causes des escarres
La pression :
La plupart des plaies graves et profondes sont causées par une pression trop importante aux endroits où il y a des os à fleur de peau.
La friction :
Certaines plaies, plus superficielles et moins graves sont causées par des frictions. Par exemple, les talons qui sont frottés contre les draps et apparaissent comme une cloche d’eau (= phlyctène).
Le cisaillement :
Certaines plaies sont causées par des cisaillements (les couches de la peau glissent les une sur les autres et “cassent” les vaisseaux sanguins) comme, par exemple, lorsque le patient glisse dans son fauteuil et s’ouvre la peau de manière superficielle (excoriation = plaie légère qui ne concerne que la peau).

À ne pas faire
 Laisser le patient plusieurs heures assis ou couché sans le changer de position.
Remonter le patient dans le lit sans le soulever du matelas.
 Utiliser des supports trop mous ou trop durs.
Un support trop dur ne se déforme pas sous le poids du corps. Dans le cas d'un support trop mou, le corps s'enfonce profondément dans le support.
L'incontinence urinaire entretient une humidité permanente qui provoque une macération de la peau (comme quand la peau reste trop longtemps dans l’eau). Cette macération fragilise les tissus.
Frictionner de manière rigoureuse la zone fragilisée est très mauvais car cela «  casse » les vaisseaux et peut aggraver l’état des tissus. Un massage doux avec une crème hydratante va protéger la peau des agressions extérieures.
Mais aussi :
o Le décubitus latéral à 90° strict.
o Les frictions à la glace.
o Les coussins en forme d’anneau.
o Les réchauffements locaux (sèche-cheveux).
o Peau de mouton.
o Pelures d’oranges, ...

>>Soigner les escarres
Le principe est simple : pour bien cicatriser, une plaie doit rester dans un milieu humide, ni trop, ni trop peu.Les pansements et le milieu humide

Si la plaie est sèche, il faut lui apporter de l’humiditéSi la plaie est trop humide, la mise en place d’un pansement permet d’absorber les excédents d’humiditéSi la plaie est sèche, il faut lui apporter de l’humidité en mettant un pansement humide. Si la plaie est trop humide, la mise en place d’un pansement permet d’absorber les excédents d’humidité tout en maintenant le milieu humide favorable à la cicatrisation.

Le dessèchement est nocif pour la cellule vivante ; de plus, les pansements desséchés arrachent les couches des nouvelles cellules. Le principe est donc important : maintenance de l’humidité 24h/24h.

Un pansement peut rester en place plusieurs jours. Ne pas changer un pansement tous les jours n’est pas une erreur d’hygiène. Au contraire, changer un pansement trop souvent n’est pas bon pour la plaie. A chaque fois, elle subit une agression extérieure (froid, assèchement, frottement,…). Laisser en place un pansement trop longtemps n’est pas bon non plus, car la peau macère et la plaie « étouffe » sous les exsudats.

En pratique

Les plaies sont nettoyées au Sérum Physiologique, en tamponnant sans agresser les bourgeons et sans sécher la plaie.
Bien fixer le pansement et le changer quand il est sale, saturé ou quand il ne tient plus (maximum 7 jours).

Il y a toujours des germes dans une plaie

Dans une plaie, il y a des germes, des bactériesDans une plaie, il y a des germes, des bactéries. En petite quantité, ils ne sont pas nocifs à la cicatrisation, c’est pourquoi on évite d’utiliser des antiseptiques (désinfectants)  et que tous les pansements sont neutres.

Au cas où la plaie s’infecte et dans le cas où les germes deviennent plus nocifs comme en milieu hospitalier par exemple, on peut utiliser des antiseptiques comme la polyvidone qui ne crée pas de résistance.
L’éosine n’est pas un désinfectant et sa couleur rouge camoufle la plaie : à ne pas utiliser !

^

Préparation du lit de la plaie

Préparer le lit de la plaie consiste à mettre en œuvre toute une série de mesures qui permettent de favoriser la cicatrisation de cette plaie.

Elimination de la cause

Même s’il existe une plaie, il faut continuer à être attentifs à lever la pression, source majeure de l’apparition et du développement des escarres.

Préparation du lit de la plaie

Pour favoriser la cicatrisation, il faut être attentif à ce que la plaie se cicatrise dans de bonnes conditions :

Nettoyage de la plaie : Bien laver la plaie est important pour éliminer les bactéries excédentaires ou les tissus nécrotiques. On doit laver une plaie simplement à l’eau ou au sérum physiologique.
Suppression des tissus morts ou nécrosés : Il faut que la plaie se nettoie le plus rapidement possible pour laisser la place aux nouveaux tissus (différents types de pansements).
Contrôle des exsudats : Il faut que la plaie ne soit ni trop sèche, ni trop humide (différents types de pansements).
Réduction de la charge bactérienne : On sait qu’il existe des germes dans une plaie, et qu’en quantité faible, il ne perturbent pas la cicatrisation. En quantité trop importante, ils risquent de freiner la cicatrisation. Alors, et seulement alors, les antiseptiques (désinfectants) sont utiles.
Fixer convenablement le pansement

Plus le pansement reste longtemps en place, plus il sera efficacePlus le pansement reste longtemps en place, plus il sera efficace. Un œil professionnel pourra évaluer le moment où le pansement doit être changé car il n’est plus efficace. Il doit être régulièrement observé mais il faut veiller à ce qu’il tienne bien sans blesser la peau autour.

Il existe différents type de moyen de fixation en fonction de la localisation, de la fragilité de la peau et de la circulation. On peut utiliser :

des films transparents
des plaques de type « seconde peau » (= hydrocolloïdes)
des pansements adhésifs
des bandes élastiques
^

La guérison

Eviter les autres escarres :

Mettre du matériel de prévention et changer les positions pour éviter que des escarres n’apparaissent aux autres endroits.

Les pansements :

Demander des conseils adéquats pour le choix du pansement. Ne pas changer trop souvent le pansement, ni trop varier le type de traitement.

L’alimentation :

Les calories, les protéines, les vitamines, le Zinc, le fer, sont extrêmement importants pour la guérison de la plaie. Soyez attentif à ce que le patient mange bien.

La cicatrice :

Une plaie fermée est toujours en phase de cicatrisation et donc, plus fragile qu’une peau saine. Soyez attentif à la protéger et à ne pas la léser (matériel de prévention, pansement protecteur, crème hydratante).
                                                                                                                      ... Sleep

                             Mercie study
Revenir en haut Aller en bas
amel zemouchi
Supermoderateur
Supermoderateur
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 20
Localisation : alger
Date d'inscription : 19/04/2016

MessageSujet: Re: soins infirmier   Ven 27 Mai - 22:48

merci a toi  Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
kara hanane
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 18
Age : 21
Localisation : alger
Date d'inscription : 25/04/2016

MessageSujet: Re: soins infirmier   Dim 29 Mai - 15:51

merci pour les informations
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: soins infirmier   

Revenir en haut Aller en bas
 
soins infirmier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours infirmier complet
» soins à domicile
» Les soins palliatifs
» soins paliatifs
» LA FIN DE LA VIE = SOINS PALLIATIFS ???...EUTHANASIE ? ? ?..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: Actualité et news-
Sauter vers: