Infirmier de Santé Publique

Forum Algérien dédier aux Etudiants en Soins Infirmier
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L' alcool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chaimaa Miloudi
Supermoderateur
Supermoderateur


Nombre de messages : 43
Age : 72
Localisation : Alger
Date d'inscription : 18/04/2016

MessageSujet: L' alcool    Ven 3 Juin - 14:42

L'alcool


Définition

   L'alcool est un produit psychotrope (qui modifie les perceptions, l'état de conscience et les comportements), l'alcool éthylique, ou éthanol, est la substance contenue dans les boissons alcoolisées.


L'alcool et le métabolisme

Traverse la barrière intestinale.
Absorbé au niveau du jéjunum en 30 à 60 minutes en moyenne, mais plus rapidement en cas de jeûne ou d'alcool fort.
90% de l'éthanol est métabolisé par le foie. Une faible quantité (-2%) est éliminée sans être transformée. Le reste est métabolisé par les reins, muscles, cellules digestives, cerveau.
Au niveau hépatique

Transformation de l'éthanol en acétaldéhyde sous l'action de l'alcool déshydrogénase.
Transformation de l'acétaldéhyde en acétate sous l'action de l'acétaldéhyde déshydrogénase.
La deuxième transformation peut être bloqué par un produit médicamenteux.
Au niveau cellulaire

Hépatotoxicité.
Production d'ion H+.
Modification de l'absorption et du métabolisme des sucres et des graisses.
Modification de l'absorption des vitamines B d'où des carences.
Interaction médicamenteuse

Alcoolisation aigue : augmente l'activité du médicament.
Alcoolisation chronique : diminue l'activité du médicament.
Traitement à risque : benzodiazépine, barbiturique, anticoagulant, anesthésie, insuline.

L'alcool en tant que psychotrope

   L'alcool à un effet :

Désinhibiteur.
Anxiolytique.
Dépresseur : entraîne de réelle dépression, idée noire, risque suicidaire.
Ivresse pathologique : folie, agressivité, violence.
Aggravation de troubles psychiques préexistants.
   Les effets psychotropes de l'alcool sont à la base de la dépendance psychique.


L'alcool en tant que drogue

   La dépendance peut prendre plusieurs aspects :

Dépendance physique, ou syndrome de sevrage.
Tolérance : nécessité d’augmenter la dose pour maintenir un effet ou le fait de ne ressentir aucun effet pour une dose donnée.
Dépendance psychique : impossibilité de se passer de la substance en dépit des problèmes que provoque sa consommation.
Classification de la dépendance selon le DSM IV

   La dépendance est caractérisée par la présence de trois ou plus des manifestations suivantes, à un moment quelconque d'une période continue de 12 mois :

Tolérance, définie par soit le besoin de quantités notablement plus fortes de la substance pour obtenir une intoxication ou l'effet désiré, soit l'effet notablement diminué en cas d'utilisation continue d'une même quantité de la substance.
Sevrage caractérisé par soit le syndrome de sevrage, soit la même substance est prise pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage.
La substance est souvent prise en quantité plus importante ou pendant une période plus prolongée que prévu.
Il y a un désir persistant, ou des efforts infructueux, pour diminuer ou contrôler l'utilisation de la substance.
Beaucoup de temps est passé à des activités nécessaires pour obtenir la substance (par exemple fumer sans discontinuer), ou à récupérer de ses effets.
Des activités sociales, professionnelles ou de loisirs importantes sont abandonnées ou réduites à cause de l'utilisation de la substance.
L'utilisation de la substance est poursuivie bien que la personne sache avoir un problème psychologique ou physique persistant ou récurrent.
La dépendance psychique

   La dépendance psychique est le besoin irrépressible de renouveler la prise du produit se caractérisant par des pulsions.

Un évènement particulier ou dépression entraîne la consommation.
Cette consommation apporte au sujet des effets positifs.
Les effets positifs cessent lors de l'élimination de l'alcool. Cet arrêt bouleverse ses habitudes, laisse un vide et permet la réapparition d’un mal-être que la consommation visait à supprimer.
La nostalgie du plaisir engendre un évènement particulier qui entraîne alors une nouvelle consommation.
La dépendance physique

   La dépendance physique est un état de manque caractérisé par des symptômes physiques et un trouble du comportement.

   Ces symptômes disparaissent après l'ingestion d'alcool.

   Elle est associée à la dépendance psychique et fait suite à une longue période l'alcoolisation.

Tremblement.
Sueur.
Nausées.
Anxiété.
Le syndrome de sevrage

   Le sevrage alcoolique est un sevrage à risque vital et pouvant laisser des séquelles.

Pré-délirium tremens : survient après 12 à 24 heures de sevrage : tremblements intenses, sueurs profuses, anxiété, insomnie, agitation, nausées, vomissements, tachycardie, crise comitiale.
Délirum tremens : survient après 24 à 48 heures de sevrage : tremblements généralisés, sueurs profuses, syndrome confuso-onirique, hallucination, dysarthrie, tachycardie, crise comitiale généralisé.
Revenir en haut Aller en bas
 
L' alcool
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» L'alcool dans tout ça! Hips!!!
» Alcool / intestins, autres
» je m'appelle alcool
» Alcool et phobie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier de Santé Publique  :: Forum généraux :: Présentation des membre-
Sauter vers: